Exploit de Ryad Merhy, premier Belge champion du monde WBA des lourds-légers

©Reuters
©Reuters

Ryad Merhy est le nouveau champion du monde WBA des lourds-légers (- 90,719 kilos) à l’issue d’un combat disputé au Dôme de Charleroi, samedi. Merhy, 26 ans, a mis K.O son adversaire, le Hongrois Imre Szello, 36 ans, au 7e des 12 rounds.

Ryad Merhy, 26 ans, affiche désormais un bilan de 29 victoires pour une seule défaite. Szello, 36 ans, subit sa première défaite en 25 combats.

Merhy est pour l’instant considéré comme champion « Interim » car le Kazakh Beibut Shumenov, qui s’était emparé du titre avant de se blesser, est considéré comme « Champion in Recess » et aura théoriquement la possibilité de le récupérer lors d’un combat avec son successeur.

Le Bruxellois avait subi sa seule défaite lors de son premier championnat du monde, le 24 mars 2018 au Palais des Sports de Marseille, où le Français Arsen Goulamirian l’avait battu par arrêt de l’arbitre au 11e round. Ce dernier a depuis lors conquis la ceinture de super-champion.

Désormais champion WBA, Merhy pourrait à nouveau défier Goulamirian, cette fois pour le titre de super-champion WBA, ou, plus vraisemblablement, viser le titre WBC (World Boxing Council), actuellement vacant. Alain Vanackere, l’organisateur du Gala de samedi au Dôme de Charleroi, et manager de Merhy, va devoir abattre les bonnes cartes sur l’échiquier mondial de la boxe…

Samedi le combat des ’sparrings partners’ des deux prétendants au titre, qui a permis à Kamel Kouaouch de demeurer invaincu en neuf combats grâce à une large victoire aux points contre Tibor Laczo, avait déjà fait comprendre qu’un Hongrois ne tombe pas facilement. Szello s’est certes volontairement assis pour récupérer au 6e round, mais est reparti au combat. Puis encore au suivant, après avoir été compté, avant d’être définitivement étendu quelques instants plus tard.

Visiblement très ému, Ryad Merhy a remercié le public du Dôme qui n’avait cessé de scander son nom pendant le combat. « J’ai senti une incroyable chaleur, et cela m’a bien aidé. Du fond du cœur, merci à tous ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite