Les propos sexistes de Ken Fisher lui ont fait perdre la gestion d’un milliard de dollars

Les propos sexistes de Ken Fisher lui ont fait perdre la gestion d’un milliard de dollars
Reuters

Ken Fisher, un conseiller financier toujours tiré à quatre épingles dans les publicités vantant son expertise régulièrement diffusées sur les chaînes financières américaines, était invité début octobre à une conférence à San Francisco. Il tient alors sur scène des propos à forte connotation sexuelle, comparant notamment le recrutement d’un nouveau client à la drague lourdingue d’une fille dans un bar. La conférence était censée rester privée. Mais un participant, outré, déplore dans une vidéo diffusée sur Twitter les références aux «parties génitales» ou à l’utilisation de drogues. «Les propos tenus par Ken Fisher étaient tout simplement horribles», y affirme-t-il en soulignant que plusieurs femmes présentes lui ont rapporté avoir été «mal à l’aise».

Le financier s’est depuis excusé, affirmant dans un message transmis à l’AFP «être conscient que ce genre de langage n’a pas sa place dans notre entreprise ou secteur».

Frasques des traders

Trop tard. Plusieurs entités ont décidé de rompre les ponts avec la firme fondée par le financier, Fisher Investments qui gère au total 112 milliards de dollars pour le compte de divers clients.

Le fonds de pension de la ville de Boston par exemple a retiré ses billes, son maire justifiant dans un tweet: «Boston n’investira pas dans des entreprises dont les dirigeants traitent les femmes comme des marchandises». Selon un relevé de la chaîne CNBC, Fisher Investments a vu en quelques jours s’évaporer environ un milliard de dollars à gérer.

Cela pourrait s’aggraver puisque la puissante société financière Fidelity se dit «très concernée par les commentaires complètement inappropriés» de M. Fisher et «est en train de réévaluer sa collaboration» avec lui, a indiqué à l’AFP un porte-parole.

Si les frasques de toutes natures et le vocabulaire outrancier des traders de Wall Street ont fait l’objet de nombreux films, les patrons de grands groupes s’en tiennent généralement à une certaine réserve.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite