Les propos sexistes de Ken Fisher lui ont fait perdre la gestion d’un milliard de dollars

Les propos sexistes de Ken Fisher lui ont fait perdre la gestion d’un milliard de dollars
Reuters

Ken Fisher, un conseiller financier toujours tiré à quatre épingles dans les publicités vantant son expertise régulièrement diffusées sur les chaînes financières américaines, était invité début octobre à une conférence à San Francisco. Il tient alors sur scène des propos à forte connotation sexuelle, comparant notamment le recrutement d’un nouveau client à la drague lourdingue d’une fille dans un bar. La conférence était censée rester privée. Mais un participant, outré, déplore dans une vidéo diffusée sur Twitter les références aux «parties génitales» ou à l’utilisation de drogues. «Les propos tenus par Ken Fisher étaient tout simplement horribles», y affirme-t-il en soulignant que plusieurs femmes présentes lui ont rapporté avoir été «mal à l’aise».

Le financier s’est depuis excusé, affirmant dans un message transmis à l’AFP «être conscient que ce genre de langage n’a pas sa place dans notre entreprise ou secteur».

Frasques des traders

Trop tard. Plusieurs entités ont décidé de rompre les ponts avec la firme fondée par le financier, Fisher Investments qui gère au total 112 milliards de dollars pour le compte de divers clients.

Le fonds de pension de la ville de Boston par exemple a retiré ses billes, son maire justifiant dans un tweet: «Boston n’investira pas dans des entreprises dont les dirigeants traitent les femmes comme des marchandises». Selon un relevé de la chaîne CNBC, Fisher Investments a vu en quelques jours s’évaporer environ un milliard de dollars à gérer.

Cela pourrait s’aggraver puisque la puissante société financière Fidelity se dit «très concernée par les commentaires complètement inappropriés» de M. Fisher et «est en train de réévaluer sa collaboration» avec lui, a indiqué à l’AFP un porte-parole.

Si les frasques de toutes natures et le vocabulaire outrancier des traders de Wall Street ont fait l’objet de nombreux films, les patrons de grands groupes s’en tiennent généralement à une certaine réserve.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite