«Dutroux reste au trou»: seulement 400 manifestants lors de la Marche noire à Bruxelles

«Dutroux reste au trou»: seulement 400 manifestants lors de la Marche noire à Bruxelles
Belga

La « Marche noire » qui se proposait de défiler dimanche dans les rues de Bruxelles n’a recueilli qu’une assistance limitée d’environ 400 personnes alors que les organisateurs tablaient sur la présence de 200.000 manifestants. Cette manifestation, qui s’est élancée peu après 13h de la Gare du Nord pour rejoindre la Gare du Midi, avait pour but de dénoncer la libération conditionnelle de Michel Lelièvre et celle demandée par son complice et mentor Marc Dutroux.

Les organisateurs entendaient promotionner l’adoption par le Parlement d’une « Loi des Anges » instaurant l’incompressibilité des peines prononcées pour délits sexuels contre mineurs.

Cette « Marche Noire » était organisée 23 ans après la « Marche Blanche » qui avait réuni, le 20 octobre 1996, en présence des familles des victimes, plus de 330.000 manifestants

Des slogans ont été scandés, parmi lesquels « Dutroux reste au trou ». Les manifestants s’étaient habillés en noir. Certains portaient des peluches. La manifestation était familiale. De nombreux enfants étaient présents. Thierry Lemmens, le père de Stacy, a tenu à prendre part au rassemblement : « C’est impensable », estime-t-il en référence à l’éventuelle libération de Marc Dutroux. « Il recommencera. Il touchera à d’autres enfants. (…) Ils n’ont rien à faire dehors ».

À l’époque, la marche blanche avait rassemblé 350.000 Belges le 20 octobre 1996 à Bruxelles à la suite de l’arrestation de Marc Dutroux et de l’arrêt de la Cour de cassation dessaisissant de l’enquête le juge d’instruction Jean-Marc Connerotte.

Belga

Belga

Belga

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10839195-004

    Soudain, la fin du monde à Venise

  2. Image=d-20191023-3WUWKM_high

    Comment Nethys est devenue l’EuroMillions pour ses top managers

  3. Image=d-20170615-3F9AGQ_high

    Bruxelles: la Cour des comptes évalue le déficit à 541 millions pour 2020

La chronique
  • Etats-Unis: quand le dissident torpille le président…

    Qui affrontera Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 ? Joe Biden et Elizabeth Warren se tirent la bourre depuis des mois. À moins que Michael Bloomberg ne vienne rebattre les cartes ?… Réponse le 16 juillet prochain, au terme de la convention démocrate de Milwaukee.

    Répéter cette question à l’envi laisse à penser que Donald Trump, en primus inter pares, sera d’office le candidat du Parti républicain… Si telle est l’hypothèse la plus plausible, gardons tout de même à l’esprit que ce n’est pas la seule.

    Ainsi, dimanche dernier, sur CNN, le sénateur sortant de l’Arizona, Jeff Flake, un des principaux détracteurs de l’actuel président au sein du Parti républicain, a lancé un appel pour que quelqu’un se présente, en interne, contre Trump. Ceci afin de « rappeler aux républicains ce que cela signifie vraiment d’être conservateur, et aussi d’être correct ».

    Flake pourrait-il être celui-là ? « Je ne pense pas, il y a de meilleurs candidats...

    Lire la suite

  • Le pactole des dirigeants de Nethys: dis, c’est comment 18,6 millions?

    Depuis la révélation des montants touchés par les dirigeants de Nethys, beaucoup ont tenté de se figurer ce que représentait ce chiffre stratosphérique. Deux millions, cinq millions on voyait encore à peu près, mais 11,6 millions pour un seul homme et 18,6 pour quatre, pour le coup on avait du mal.

    Sur les réseaux sociaux, chacun y est allé de son essai de mise en perspective. Pour Cédric Halin, le bourgmestre d’Olne...

    Lire la suite