Cessez-le-feu en Syrie: la Turquie confirme le retrait de combattants kurdes d’une ville frontalière

En échange de ce retrait, la Turquie a promis l’arrêt de l’offensive, qui a été suspendue temporairement.
En échange de ce retrait, la Turquie a promis l’arrêt de l’offensive, qui a été suspendue temporairement.

La Turquie a annoncé dimanche que des combattants kurdes se retiraient de la ville syrienne frontalière de Ras al-Aïn en vertu d’un accord de trêve négocié par les Etats-Unis.

Cessez-le-feu en Syrie: «Dès que le délai expire, nous reprendrons là où nous nous étions arrêtés», affirme Erdogan

« Un convoi d’environ 55 véhicules est entré dans Ras al-Aïn et un convoi de 86 véhicules en est parti en direction de Tal Tamr », indique un communiqué du ministère turc de la Défense, qui a également diffusé des images de l’évacuation.

Annoncé jeudi, l’accord de trêve négocié par Washington implique un retrait des forces kurdes d’une région frontalière de la Turquie, en échange de l’arrêt de l’offensive turque lancée contre elles le 9 octobre.

Le retrait des soldats américains

Les forces américaines se sont retirées dimanche de leur plus grande base dans le nord de la Syrie, dans le cadre du retrait d’environ 1.000 soldats de cette région annoncé par Washington, selon un correspondant de l’AFP sur place et une ONG.

Plus de 70 véhicules blindés transportant du matériel militaire et escortés par des hélicoptères ont traversé la route internationale en passant par la ville de Tal Tamr, a constaté le correspondant de l’AFP.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), le convoi s’est retiré de la base de Sarrine, près de la ville de Kobané, et s’est dirigé vers la province de Hassaké plus à l’est.

Sur le même sujet
PolitiqueÉtats-Unis
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous