Marche noire à Bruxelles contre la libération conditionnelle de Marc Dutroux: de nombreuses familles mobilisées

Marche noire à Bruxelles contre la libération conditionnelle de Marc Dutroux: de nombreuses familles mobilisées
Belga

Environ 400 personnes se sont rassemblées dimanche de 12h à 14h boulevard du roi Albert II à Bruxelles pour protester contre l’éventualité d’une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle, effective, de Michel Lelièvre. Cette marche noire s’est élancée vers 14h dans les rues du centre. L’arrivée est fixée à 16h sur l’esplanade de l’Europe près de la gare du Midi et la dislocation du cortège à 17h.

De grandes banderoles portant les messages « Pas de liberté pour les bourreaux d’enfants » et « La loi des anges » étaient arborés par les manifestants, qui avaient également emmené un cercueil en bois.

Des slogans ont été scandés, parmi lesquels « Dutroux reste au trou ». Les manifestants s’étaient habillés en noir. Certains portaient des peluches. La manifestation était familiale. De nombreux enfants étaient présents. Thierry Lemmens, le père de Stacy, a tenu à prendre part au rassemblement : « C’est impensable », estime-t-il en référence à l’éventuelle libération de Marc Dutroux. « Il recommencera. Il touchera à d’autres enfants. (…) Ils n’ont rien à faire dehors ».

« Nous voulons une vraie peine à perpétuité », a expliqué une organisatrice. « On a envie que les enfants soient protégés de ces personnes-là. Il est grand temps que cela bouge. Nous exigeons la loi des anges. C’est une loi qui va protéger les enfants en exigeant une peine à vie pour leurs bourreaux ». Plus largement, elle estime que les abus sexuels sur les enfants sont trop peu considérés par la justice.

À l’époque, la marche blanche avait rassemblé 350.000 Belges le 20 octobre 1996 à Bruxelles à la suite de l’arrestation de Marc Dutroux et de l’arrêt de la Cour de cassation dessaisissant de l’enquête le juge d’instruction Jean-Marc Connerotte.

Michel Lelièvre libéré sous conditions

Michel Lelièvre a été condamné en 2004 par la cour d’assises d’Arlon à 25 ans de prison pour avoir aidé Marc Dutroux à enlever Sabine, Laetitia, An et Eefje. Il a été libéré sous conditions lundi 30 septembre par le tribunal de l’application des peines, après 23 ans passés en prison.

La décision du tribunal de l’application des peines de Bruxelles concernant la demande d’une nouvelle expertise psychiatrique de Marc Dutroux, âgé de 62 ans, pour évaluer son état mental actuel et son risque de récidive est attendue le 28 octobre prochain. Si elle est acceptée et que l’expertise s’avère probante, ses avocats pourraient introduire une demande de libération conditionnelle pour leur client, autrefois diagnostiqué psychopathe, en vue d’une libération à l’horizon 2021.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite