Débuts réussis pour Vercauteren à Anderlecht: le Sporting a fait le show face à Saint-Trond (4-1, vidéo)

Pour le retour de Franky Vercauteren (en tant que T1) au Parc Astrid, Anderlecht recevait Saint-Trond dans le cadre de la onzième journée de Division 1. Un match que les Mauves ont parfaitement négocié grâce à un départ en fanfare et à une fin de rencontre spectaculaire.

Chadli, auteur d’un doublé, a fait la différence. Kana et Roofe ont également marqué un but alors que Boli avait permis aux Trudonnaires de revenir au score à la 62e (2-1). Mais les Mauves ont eu du répondant, ce dimanche. Déjà la touche Vercauteren ?

C’est en tout cas le troisième succès du RSCA, après la victoire à domicile contre le Standard puis après le succès avant la trêve internationale à Charleroi. Les Bruxellois totalisent à présent douze points et reviennent ainsi à quatre longueurs du top 6. Il dépasse ainsi notamment Saint-Trond (onze unités à son compteur).

Le résumé en vidéo

Les tournants du match

5e. On ne joue que depuis 5 minutes et le RSCA obtient déjà un second coup franc. Chadli le tire parfaitement et ouvre le score pour les Mauves.

10e. Suite à un coup de coin provoqué par Roofe (tir cadré dévié par Schmidt), Kana en profite pour faire le break d’un coup de tête décisif.

45e. Saint-Trond se montre enfin menaçant, mais Boli est moins efficace que les Mauves en début de match.

62e. Le RSCA gère son avantage, mais une perte de balle au milieu du terrain permet aux Trudonnaires de partir vers l’avant. Tout profit pour Boli qui, suite à un centre venu de la gauche, réduit l’écart.

67e. Dewaele lance Chadli en profondeur sur le côté gauche. Ce dernier centre en direction de Roofe qui redonne un avantage sérieux à ses couleurs.

70e. Pressing trudonnaire avec notamment une sortie décisive de Van Crombrugge dans les pieds de De Bruyn.

78e. Excellent travail de Roofe qui a ensuite l’intelligence de passer la balle à Chadli. Le Diable rouge plante sa seconde rose de la soirée.

90e+2. Lokonga, seul devant le gardien de but adverse, loupe le 5-1.

La fiche technique

Les buts : 5e Chadli (1-0), 10e Kana (2-0), 62e Boli (2-1), 67e Roofe (3-1), 78e Chadli (4-1).

Anderlecht : Van Crombrugge, Sardella, Kana, Cobbaut, Dewaele, Trebel (76e Amuzu), Lokonga, Verschaeren, Saelemaekers (63e Kayembe), Chadli (86e Adzic), Roofe.

Saint-Trond : Schmidt, Garcia, Botaka, Sankhon, Asamoah, Mmaee, Janssens, Acolatse (46e Suzuki), De Ridder (61e Sousa), Boli, De Bruyn (73e Ito).

Cartes jaunes : De Bruyn, Sankhon, Kana.

Arbitre : M. Boucaut

Revivez le direct

Le classement général

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite