Marche pour «la liberté des indépendantistes catalans»: plus de cent personnes mobilisées en Belgique

Marche pour «la liberté des indépendantistes catalans»: plus de cent personnes mobilisées en Belgique
EPA

Plus de 120 personnes se sont rassemblées dimanche matin dès 09h00 à Waterloo, devant la « Casa de la República », quartier général du Conseil pour une république catalane où est établi l’indépendantiste catalan Carles Puigdemont. Le départ de la « marche pour la liberté » a été donné vers 09h45 et elle est arrivée vers 13h30 place de l’Albertine. Cette initiative fait écho aux milliers de marcheurs partis mercredi de cinq villes de Catalogne pour nourrir la grande manifestation organisée à Barcelone vendredi contre la condamnation de neuf dirigeants sécessionnistes à de lourdes peines de prison.

Carles Puigdemont a fait une apparition au début du rassemblement pour saluer les manifestants qui arboraient des drapeaux de leur région. « L’Espagne ne fait rien pour établir un dialogue et on en a marre », a déclaré Kevin, un manifestant. « Jusqu’à 13 ans de prison, c’est incroyable. On ne comprend pas ». Les manifestants critiquent la voie judiciaire choisie pour résoudre une question d’ordre politique. « C’est un mouvement collectif, qui a eu le mandat du peuple, qui a défendu ses positions de manière démocratique… », remarque Meritxell Serret, la représentante du gouvernement de Catalogne auprès de l’Union européenne.

L’ancien membre du gouvernement catalan Lluís Puig i Gordi était également présent à la marche.

« Un mouvement pacifiste »

Des personnes ont rallié la marche en cours de route et une cinquantaine d’autres avaient formé un comité d’accueil à l’arrivée des marcheurs faisant monter le groupe à quelque 250 manifestants. Ils ont chanté des hymnes catalans et ont scandé des slogans appelant à la liberté des prisonniers politiques. Le rassemblement s’est disloqué peu après 14h.

« Par cette marche paisible, on voulait mettre en avant que notre mouvement s’est toujours voulu pacifiste, alors que des manifestants ont été arrêtés en Espagne, beaucoup ont été blessés, quatre ont perdu un œil à cause des balles en caoutchouc de la police », défend Nuria Bordes, une manifestante. « On ne souhaite pas qu’il y ait toutes ces violences et c’est pour cela que l’on a fait cette marche à pied à travers les bois ».

Les velléités indépendantistes de la Catalogne ont été exacerbées par la condamnation, lundi dernier à Madrid, de sept anciens membres sécessionnistes du gouvernement régional et des dirigeants de deux puissantes organisations en faveur de l’indépendance, l’Assemblée nationale catalane (ANC) et Òmnium Cultural. La Cour suprême, plus haute instance juridique en Espagne, a prononcé à leur encontre des peines de 9 à 13 ans de prison pour leur participation à l’organisation d’un référendum interdit d’auto-détermination et à la déclaration d’indépendance de la région en octobre 2017.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: et si allonger la carrière n’était pas la (bonne) solution?

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite