Marche pour «la liberté des indépendantistes catalans»: plus de cent personnes mobilisées en Belgique

Marche pour «la liberté des indépendantistes catalans»: plus de cent personnes mobilisées en Belgique
EPA

Plus de 120 personnes se sont rassemblées dimanche matin dès 09h00 à Waterloo, devant la « Casa de la República », quartier général du Conseil pour une république catalane où est établi l’indépendantiste catalan Carles Puigdemont. Le départ de la « marche pour la liberté » a été donné vers 09h45 et elle est arrivée vers 13h30 place de l’Albertine. Cette initiative fait écho aux milliers de marcheurs partis mercredi de cinq villes de Catalogne pour nourrir la grande manifestation organisée à Barcelone vendredi contre la condamnation de neuf dirigeants sécessionnistes à de lourdes peines de prison.

Carles Puigdemont a fait une apparition au début du rassemblement pour saluer les manifestants qui arboraient des drapeaux de leur région. « L’Espagne ne fait rien pour établir un dialogue et on en a marre », a déclaré Kevin, un manifestant. « Jusqu’à 13 ans de prison, c’est incroyable. On ne comprend pas ». Les manifestants critiquent la voie judiciaire choisie pour résoudre une question d’ordre politique. « C’est un mouvement collectif, qui a eu le mandat du peuple, qui a défendu ses positions de manière démocratique… », remarque Meritxell Serret, la représentante du gouvernement de Catalogne auprès de l’Union européenne.

L’ancien membre du gouvernement catalan Lluís Puig i Gordi était également présent à la marche.

« Un mouvement pacifiste »

Des personnes ont rallié la marche en cours de route et une cinquantaine d’autres avaient formé un comité d’accueil à l’arrivée des marcheurs faisant monter le groupe à quelque 250 manifestants. Ils ont chanté des hymnes catalans et ont scandé des slogans appelant à la liberté des prisonniers politiques. Le rassemblement s’est disloqué peu après 14h.

« Par cette marche paisible, on voulait mettre en avant que notre mouvement s’est toujours voulu pacifiste, alors que des manifestants ont été arrêtés en Espagne, beaucoup ont été blessés, quatre ont perdu un œil à cause des balles en caoutchouc de la police », défend Nuria Bordes, une manifestante. « On ne souhaite pas qu’il y ait toutes ces violences et c’est pour cela que l’on a fait cette marche à pied à travers les bois ».

Les velléités indépendantistes de la Catalogne ont été exacerbées par la condamnation, lundi dernier à Madrid, de sept anciens membres sécessionnistes du gouvernement régional et des dirigeants de deux puissantes organisations en faveur de l’indépendance, l’Assemblée nationale catalane (ANC) et Òmnium Cultural. La Cour suprême, plus haute instance juridique en Espagne, a prononcé à leur encontre des peines de 9 à 13 ans de prison pour leur participation à l’organisation d’un référendum interdit d’auto-détermination et à la déclaration d’indépendance de la région en octobre 2017.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite