Le but du Standard inscrit par Bastien validé à juste titre: «Il n’y a pas de camera sur la ligne de touche», explique le département arbitrage

@Belga
@Belga

Le département arbitrage de l’Union Belge a défendu les arbitres en charge de Standard – Genk samedi après la polémique qui a entouré le seul but de la rencontre, celui inscrit par Samuel Bastien à la 84e de la rencontre. Selon les Limbourgeois – qui ont invoqué l’intervention du VAR – le but aurait dû être annulé car le ballon était sorti du terrain au départ de l’action.

« Le VAR n’avait pas d’images pouvant montrer que la balle avait complètement franchi la ligne de touche. Pour cela, il faut une caméra sur la ligne. Si le ballon touche encore la ligne de touche, il est toujours sur le terrain de jeu et doit continuer à être joué », a expliqué le département arbitrage dans un communiqué. « Si le VAR ne peut pas fournir une preuve claire (image) à l’arbitre que le ballon a franchi la ligne de touche, le VAR ne peut pas intervenir (décision factuelle). »

Samedi, lors des interviews d’après-match, l’entraîneur de Genk Felice Mazzu avait sorti son téléphone devant les caméras pour montrer une image de l’action en question. « C’est l’image du ballon qui sort. Le juge de ligne est juste en face. On le voit, le ballon est dehors. Avec tous les moyens informatiques qu’on a aujourd’hui, ce n’est pas normal de laisser passer une action comme celle-là », s’était-il emporté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10839195-004

    Soudain, la fin du monde à Venise

  2. Image=d-20191023-3WUWKM_high

    Comment Nethys est devenue l’EuroMillions pour ses top managers

  3. Image=d-20170615-3F9AGQ_high

    Bruxelles: la Cour des comptes évalue le déficit à 541 millions pour 2020

La chronique
  • Etats-Unis: quand le dissident torpille le président…

    Qui affrontera Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 ? Joe Biden et Elizabeth Warren se tirent la bourre depuis des mois. À moins que Michael Bloomberg ne vienne rebattre les cartes ?… Réponse le 16 juillet prochain, au terme de la convention démocrate de Milwaukee.

    Répéter cette question à l’envi laisse à penser que Donald Trump, en primus inter pares, sera d’office le candidat du Parti républicain… Si telle est l’hypothèse la plus plausible, gardons tout de même à l’esprit que ce n’est pas la seule.

    Ainsi, dimanche dernier, sur CNN, le sénateur sortant de l’Arizona, Jeff Flake, un des principaux détracteurs de l’actuel président au sein du Parti républicain, a lancé un appel pour que quelqu’un se présente, en interne, contre Trump. Ceci afin de « rappeler aux républicains ce que cela signifie vraiment d’être conservateur, et aussi d’être correct ».

    Flake pourrait-il être celui-là ? « Je ne pense pas, il y a de meilleurs candidats...

    Lire la suite

  • Le pactole des dirigeants de Nethys: dis, c’est comment 18,6 millions?

    Depuis la révélation des montants touchés par les dirigeants de Nethys, beaucoup ont tenté de se figurer ce que représentait ce chiffre stratosphérique. Deux millions, cinq millions on voyait encore à peu près, mais 11,6 millions pour un seul homme et 18,6 pour quatre, pour le coup on avait du mal.

    Sur les réseaux sociaux, chacun y est allé de son essai de mise en perspective. Pour Cédric Halin, le bourgmestre d’Olne...

    Lire la suite