Premier League: Manchester United partage dans le derby d’Angleterre et brise la série de victoires de Liverpool (1-1, vidéo)

REUTERS
REUTERS

Pour Ole Gunnar Solskjaer et Manchester United, c’était déjà un match capital. Auteurs d’un début de saison plus que poussif, les Red Devils étaient déjà sous pression dans le derby d’Angleterre face à Liverpool. Mais ils ont su réagir en prenant une unité contre le leader de la Premier League (1-1).

Conscients de la lourde tâche à laquelle ils étaient confrontés, les Mancuniens commençaient la rencontre avec beaucoup d’application et de concentration, alors que les Reds, eux, attendaient leurs adversaires dans leur camp. Au gré des minutes défilant sur le marquoir d’Olf Trafford, les joueurs de Jürgen Klopp sortaient de leur zone et portaient le danger dans le rectangle adverse, notamment Roberto Firmino par deux fois. Mais, c’est bien finalement United qui ouvrait le score grâce à Marcus Rashford, à la suite d’une action litigieuse et d’une faute non-sanctionnée sur Divock Origi.

Dans la foulée, Liverpool pensait égaliser directement, mais le VAR annulait justement le but de Sadio Mané, pour une faute de main.

En seconde période, les Reds prenaient enfin le match à leur compte. Tout comme la possession de balle. Mais Liverpool ne parvenait guère à inquiéter outre mesure David De Gea, le portier des Red Devils très vigileant ce dimanche. Mais alors que l’on se dirigeait vers une victoire surprise de Manchester United, Liverpool trouvait les ressources pour égaliser en fin de rencontre, grâce à Adam Lallana, étrangement esseulé dans le rectangle mancunien.

C’est la première fois de la saison, en Premier League, que Liverpool perd des points. Les joueurs de Jürgen Klopp restaient en effet sur une série de huit victoires de rang. Néanmoins, ils conversent la tête du championnat, alors que United se donne un petit peu d’air.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite