Andy Murray aux anges après son titre au tournoi d’Anvers: «Cette victoire signifie beaucoup pour moi»

belga
belga

Le Britannique, rentré dans le tournoi grâce à son statut de joueur protégé, a battu son rival Stan Wawrinka au terme d’un match épique de près de 2 heures de trente. Revenu de deux opérations à la hanche et balayant les points d’interrogations sur la suite de sa carrière, Andy Murray, 32 ans, a avoué que cette victoire signifiait beaucoup.

« Cela signifie beaucoup pour moi après ce que l’on a traversé, mais pour Stan aussi. On a été barré par des blessures pendant près de deux ans. Le genou pour lui, la hanche pour moi. Ce fut un match très difficile, Stan a joué un tennis incroyable et j’ai pu revenir dans le deuxième set. C’était très serré, mais je ne m’attendais pas à me retrouver dans cette position. Stan est un brillant joueur, il a gagné de très grands tournois et joué de très gros matchs. C’est le 20e duel entre nous deux, et il y a déjà eu de gros matches, et aujourd’hui c’en était un de plus ».

« Impatient d’avoir un troisième enfant »

Andy Murray, opéré à la hanche le 28 janvier dernier, était très heureux de sa semaine avec un cinquième match d’affilée joué, et gagné, ce qui ne lui était plus arrivé depuis près de deux ans aussi.

L’Ecossais, déjà papa de deux enfants, était aussi à l’écoute de son épouse qui doit accoucher dans les prochains jours. « Je suis très impatient d’avoir un troisième enfant et je ne peux que soutenir ma femme qui m’a tellement poussé pour revenir sur le circuit. »

Stan Wawrinka a aussi connu de grosses galères avec son genou pour revenir dans le parcours. Le Suisse espérait bien reconquérir un trophée, après, lui aussi, deux ans de disette, mais le 18e joueur du monde tenait à saluer le retour au plus haut niveau de son adversaire.

« Heureux de voir Andy de retour »

« C’est une défaite difficile bien sûr, mais on ne peut qu’être heureux de voir Andy de retour à ce niveau », a confié le Suisse. « Je crois que je peux me joindre à tous ceux qui ont suivi sa conférence de presse à l’Open d’Australie qui annonçait son opération et les doutes sur la suite de sa carrière. On est tous très heureux je crois de son retour et du niveau aussi qu’il a affiché toute cette semaine. Tu es un fantastique champion et c’est mérité », a lancé Stan Wawrinka à son adversaire du jour.

Dick Norman, le directeur de ce tournoi ATP 250, résumait aussi la semaine anversoise de cette manière. « Ce fut une semaine d’un très haut niveau avec l’émergence de jeunes joueurs, très talentueux, et le retour au premier plan de joueurs d’expérience. Wawrinka et Murray nous ont offert une fantastique finale. Ils ont surtout montré ce que cela voulait dire de se battre après de sérieuses blessures et de travailler chaque jour très dur pour revenir au plus haut niveau. Chapeau pour leur force et leur investissement pour ce sport ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 48245429

    Par B.Dn. et Y.G.

    ATP - WTA

    Masters de Londres: Federer et Nadal déjà au bord de l’élimination

  • @EPA

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Rafael Nadal ira se tester au Masters de Londres

  • @Belga

    Par Damien Poncelet

    ATP - WTA

    Kim Clijsters reporte son retour

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite