Charleroi n’a eu besoin que de 36 minutes pour assurer sa victoire au Cercle de Bruges (0-3)

Le Sporting de Charleroi est venu à bout du Cercle de Bruges (0-3), dimanche soir, en clôture de la 11e journée de Pro League. Les Carolos sortaient d’un bilan de un sur neuf avant la trêve et retrouvent donc le sourire avec le quatrième succès de leur saison.

Les Zèbres ont construit leur victoire en première mi-temps. Déterminé pour la première de l’entraîneur allemand Bernd Storck, le Cercle de Bruges a voulu montrer les crocs devant son public avec un pressing très haut. Les Brugeois ont ainsi prêté le flanc aux reconversions rapides de Charleroi qui a profité d’une première erreur individuelle adverse pour lancer Ryota Morioka dans la profondeur et lui permettre de faire 0-1 (5e). Passeur sur le premier but, Ali Gholizadeh a une nouvelle fois remonté le ballon très vite et offert un nouvel assist pour Massimo Bruno qui a remporté lui aussi son face-à-face avec Guillaume Hubert (32e). Le Cercle a montré toutes ses carences défensives quatre minutes plus tard lorsque Modou Diagne a porté le ballon sur 30 mètres sans être attaqué pour finalement conclure en beauté (36e). 0-3, le match était plié.

En deuxième période, Charleroi a continué à jouer avec le même schéma : attendre et repartir en contre. Le Cercle a insisté et s’est fait plus pressant offensivement mais n’a réellement été dangereux qu’une fois à la 76e lorsque Penneteau et Dessoleil ont dû intervenir in extremis pour contrer les frappes de Gory et de Saadi. En contre, Charleroi s’est procuré plus d’une opportunité de faire 0-4 mais a gaspillé, notamment avec Henen à la 83e minute.

Au classement, les Zèbres sont 9es avec 15 points, à une seule longueur de la 6e place occupée par Genk. Charleroi compte un match de moins que ses adversaires en raison du match remis face au Club de Bruges. Le Cercle de Bruges signe quant à lui une 6e défaite de rang et reste en queue de peloton avec trois points.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  2. @News

  3. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite