Stéphane Bréda décrypte l’arbitrage du choc entre le Standard et Genk: «Pas sûr à 100% que le ballon soit sorti»

Stéphane Bréda décrypte l’arbitrage du choc entre le Standard et Genk: «Pas sûr à 100% que le ballon soit sorti»

Le but accordé à Samuel Bastien : « Je suis assez d’accord avec ce qui a été dit sur les plateaux de télévision : pour pouvoir être certain que le ballon soit bien sorti des limites du terrain juste avant le but de Samuel Bastien, il aurait fallu avoir une caméra positionnée au-dessus de la ligne de touche, à la verticale. L’image apportée par M. Mazzù après la rencontre ne permet pas d’affirmer à 100 % que le ballon avait franchi entièrement la ligne, contrairement à ce qu’il a prétendu. Avec la circonférence du ballon, peut-être qu’une petite partie était au-dessus de la ligne. Concernant le juge de ligne, même s’il est proche de l’action, il n’est pas dans une bonne position pour pouvoir juger si le ballon était dehors ou pas. Dans ce cas-ci, le VAR, qui n’a pas de meilleur angle de vue, n’a pas les éléments pour modifier la décision de M. Laforge. »

La faute de Dewaest sur Amallah : « Je rappelle que dans le règlement, il est expliqué qu’un joueur doit être exclu s’il met en danger l’intégrité physique d’un autre. Je pense qu’on est tous d’accord sur le fait que c’est le cas sur cette phase... Après, je comprends que l’assistance vidéo ne soit pas intervenue car, dans ce genre de situation, on est purement dans l’interprétation. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10838715-046

    Par Cédric Martin (avec M.S.)

    Charleroi

    Sporting de Charleroi: la résurrection de Kaveh Rezaei

  • Mignolet a encaissé deux buts au Bosuil.

    Par Vincent Joséphy

    Division 1A

    Trois défaites en 19 jours: le Club de Bruges coince

  • PHOTONEWS_10831226-003

    Par Rocco Minelli

    Italie

    Radja Nainggolan est redevenu une arme fatale

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite