Toitures arrachées, chutes d’arbres…: une violente tornade traverse l’Hérault en France (vidéos)

Toitures arrachées, chutes d’arbres…: une violente tornade traverse l’Hérault en France (vidéos)

Des rafales de vent jusqu’à 170 km/h ont arraché plusieurs toitures et entraîné de nombreuses chutes d’arbres dans l’Hérault dimanche, avec le passage d’un violent orage et même d’une tornade vers Pézenas, alors que les intempéries se dirigent maintenant vers le Gard et l’Ardèche.

Au total une trentaine d’habitations ont été endommagées à Saint-André-de Sangonis, Paulhan et Aspiran, même si le phénomène « a été plus spectaculaire qu’autre chose », selon les pompiers locaux : « Les vents violents passent rapidement et emportent tuiles et antennes ».

Dans le département, le vent a atteint au minimum 150 à 170 km/h, selon Predict services, une filiale de Météo-France spécialisée dans la gestion des risques. « La tornade s’est créée en marge de la cellule orageuse. Ce phénomène est assez rare mais devient de plus en plus fréquent ces dernières années », a précisé Alix Roumagnac, président de Predict services.

« Une semaine compliquée »

Cette cellule orageuse doit remonter dans les heures qui viennent « sur une ligne allant des Cévennes gardoises jusqu’à l’Ardèche. Des cumuls importants de pluie sont à prévoir, avec, notamment, un renforcement, ce soir, à cheval sur le Gard, l’Ardèche et la Lozère », a ajouté Alix Roumagnac. Elle se dirigera ensuite vers le Nord. Quatre départements, Ardèche, Loire, Haute-Loire et Rhône sont actuellement en vigilance orange pluies et inondations.

Dans le Gard, les sapeurs pompiers ont déjà commencé à intervenir dimanche après-midi sur la commune du Vigan, d’importants ruissellements orageux ayant provoqué de nombreux dégâts des eaux. Sur la commune du Val d’Aigoual la départementale 986 a été coupée à la circulation après d’importants glissements de terrain, ont ajouté les services de secours du département.

En prévision des pluies à venir, un groupe de sauvetage en eaux vives a été pré-positionné sur le secteur de St Hyppolyte du Fort.

Selon Predict services, « la semaine sera compliquée lundi et mardi, avec un renforcement prévu mercredi et jeudi qu’il faut prendre au sérieux ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite