Première titularisation et premier but pour Kana à Anderlecht: «Des moments incroyables» (vidéo)

@News
@News

Anderlecht et ses nombreux jeunes alignés d’emblée n’ont pas eu froid aux yeux en début de rencontre face à Saint-Trond. Les premières minutes de jeu ont été totalement à son avantage. Un coup franc bien botté par l’inévitable Nacer Chadli a permis aux Mauves de se décrisper après cinq minutes. Le jeune défenseur Marco Kana a rapidement fait 2-0 et installé son équipe confortablement dans la rencontre (10e).

Pour sa première titularisation à 17 ans, Marco Kana a donc trouvé le chemin des filets. « Ce sont des moments incroyables », avouait-il au micro de nos confrères de Voo Foot et Proximus Sport. « Nous avons parfaitement commencé et j’ai planté cette seconde rose. Marquer un goal ici, dans ce stade, pour mon club de cœur… C’est génial. L’émotion que j’ai ressentie est difficile à décrire. C’est en mélange de joie et de fierté ».

Kana : « Kompany comme mentor »

Habitué à jouer un cran plus haut, Kana a donc fait parler la poudre. « J’ai été formé comme médian, mais Vincent Kompany m’a positionné tel un défenseur. Je me suis adapté à ce poste. Avoir Vincent, comme mentor, c’est génial. Et vivre un tel match dans la peau d’un titulaire, c’est top. Au début, les jambes tremblent. Mais quand on réussit sa première passe, on commence à profiter. C’est que du plaisir, que du bonheur ».

Bien plus fringants en début de deuxième période, les Canaris ont fait douter Anderlecht en réduisant l’écart via Yohan Boli (62e). Dépaysés, les Bruxellois ont pu compter sur Nacer Chadli pour leur montrer à nouveau le droit chemin. Le Diable rouge a servi parfaitement Kemar Roofe pour le but du 3-1, fondamental à ce moment du match (67e). Une dizaine de minutes plus tard, le joueur anglais a rendu la pareille au Diable rouge qui a pu faire 4-1 et plier la rencontre (78e).

Avec 12 points, Anderlecht remonte à une modeste 11e place et laisse la 13e position à Saint-Trond (11 points). Bref, Franky Vercauteren a réalisé une joyeuse entrée au RSCA. « Il bosse en collaboration avec Vincent Kompany. Ce duo peut faire quelque chose de bien ici », concluait Kana.

Boli : « On donne vite deux buts »

« On est déçu car on a mal démarré le match en donnant vite deux buts. En seconde période, on est revenu avec de bonnes intentions. On a même marqué un goal. Mais on en a encore encaissé deux par la suite », analysait Yohan Boli à la télévision. « Les deux premières roses nous ont vraiment fait mal. En tout, on encaisse quatre buts. Oui, ça fait beaucoup. Mais il ne faut pas pointer uniquement la défense du doigt. C’est une défaite collective ».

Brys : « Une première période catastrophique »

Des propos corroborés par Marc Brys, le T1. « Le premier but des Mauves, c’est un cadeau. Vu le départ des visités, ils ont pris confiance. On ne souhaitait pas commencer comme ça, mais après dix minutes de jeu, c’était déjà 2-0. Bref, la première période était catastrophique », résumait-il aussi devant les caméras. « Heureusement, on a poussé en seconde période et on a eu quelques occasions. On n’a toutefois mis qu’un but, et pas deux. Au contraire des locaux ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite