L’invitation de Flipkens: «Je pourrais former une très belle paire de double avec Mertens aux JO à Tokyo»

@EPA
@EPA

Kirsten Flipkens n’a pas réussi à remporter, dimanche à Moscou, son sixième titre en double sur le circuit WTA lors de la VTB Kremlin Cup, dotée de 840.130 dollars. La Campinoise et sa partenaire américaine Bethanie Mattek-Sands, têtes de série N.3 du tableau, se sont inclinées en finale contre les Japonaises Shuko Aoyama et Ena Shibahara, 6-2, 6-1.

Ce fut peut-être le match de trop pour Kirsten Flipkens, dont le tournoi avait déjà commencé le week-end dernier par les qualifications en simple. La N.3 belge, cela dit, a vécu une très belle semaine dans la capitale russe avec une accession en quart de finale en simple, à la suite d’une victoire contre la jeune Ukrainienne Dayana Yastremska (WTA 28) et un retour dans le Top 100 – elle sera 99e ce lundi – synonyme de place dans le tableau final à l’Open d’Australie en janvier 2020.

« Cette semaine a été très éprouvante, mais je ne vais pas me plaindre », a-t-elle confié à Belga, « J’ai très bien joué et pris pas mal de points. Cela n’a pas toujours été facile cette année (47e début janvier, elle est retombée au 120e rang, ndlr). J’ai dû disputer les qualifs à l’US Open et c’est quelque chose que je n’avais plus spécialement envie de vivre. Maintenant, ce n’est pas encore fini, car plusieurs joueuses vont continuer à jouer pour rentrer dans le tableau final à Melbourne. Et j’espère, pour ma part, que je pourrai encore tenir ce niveau quelque temps. »

Kirsten Flipkens sera donc toujours là en 2020, avec en point de mire notamment les Jeux Olympiques à Tokyo.

« J’avais vécu une somptueuse expérience à Rio (elle avait battu Venus Williams, 6e mondiale à l’époque, et atteint le troisième tour, ndlr), mais ce sera dur de se qualifier une nouvelle fois en simple. En revanche, je pense qu’on pourrait former une très belle paire de double, Elise Mertens et moi. J’espère donc que nous pourrons aller là-bas en tant qu’équipe. Ce serait très chouette », a-t-elle conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite