De nouvelles émeutes éclatent au Chili: plusieurs morts, plus de 170 personnes arrêtées (vidéos)

De nouvelles émeutes éclatent au Chili: plusieurs morts, plus de 170 personnes arrêtées (vidéos)
AFP

De nouveaux heurts ont éclaté dimanche à Santiago du Chili entre des manifestants et la police au troisième jour des pires émeutes qu’ait connu le pays depuis des décennies, qui ont fait deux morts et au moins trois blessés.

Des protestataires, le visage dissimulé sous des capuches, se sont violemment affrontés avec des policiers sur la Plaza Italia, dans le centre de la capitale, a constaté l’AFP. Les forces de l’ordre ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des jets d’eau.

« El pueblo unido jamas sera vencido » (Le peuple uni ne sera jamais vaincu) criaient les manifestants, reprenant un slogan jadis scandé contre la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

Après trois jours de violences, le centre de la capitale chilienne et d’autres grandes villes, comme Valparaiso et Concepcion, offraient dimanche un visage de désolation : feux rouges au sol, carcasses de bus carbonisées, commerces pillés et des milliers de pierres et de bâtons parsemant les chaussées. Selon les autorités, 716 personnes ont été arrêtées dans tout le pays.

10.000 policiers et militaires déployés

« C’est très triste tout ce qui se passe, mais les gens en ont marre qu’on ne les écoute pas », a déclaré à l’AFP Antonia, 26 ans, qui tentait dimanche de prendre un bus à Santiago.

Le couvre-feu est désormais en vigueur dans cinq régions, dont la capitale, Santiago, selon le général Javier Iturriaga del Campo, et près de 10.000 policiers et militaires ont été déployés.

Le président Sebastian Pinera avait décrété vendredi soir l’état d’urgence pour 15 jours dans la capitale de 7 millions d’habitants.

Ces émeutes, les pires depuis des décennies, ont fait deux morts dans la nuit de samedi à dimanche dans l’incendie d’un supermarché, à San Bernardo, en banlieue sud de la capitale. « Il y a eu un pillage et un incendie, au cours duquel deux femmes sont mortes et une troisième personne a été brûlée à 75 % », a déclaré le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Andrés Chadwick.

Selon les autorités, deux personnes ont également été blessées par balle et hospitalisées dans un état « grave » après un incident avec la police lors de pillages, également dans le sud de la capitale.

300 millions de dollars de dégâts

Les manifestations ont débuté vendredi pour protester contre une hausse --de 800 à 830 pesos (environ 1,04 euro)-- du prix des tickets de métro à Santiago, dotée du réseau le plus étendu (140 km) et le plus moderne d’Amérique du Sud qui transporte quotidiennement environ trois millions de passagers.

M. Pinera a fait marche arrière samedi soir et suspendu la hausse. Mais les manifestations et les violences se sont poursuivies samedi, nourris par la colère face aux conditions socio-économiques et aux inégalités dans ce pays où l’accès à la santé et à l’éducation relèvent presque uniquement du secteur privé.

Des dizaines de supermarchés, de véhicules et de stations-service ont été saccagés ou incendiés. Les bus et les stations de métro particulièrement ciblés. Selon le gouvernement, 78 stations de métro ont subi des dommages, dont certaines ont été totalement détruites.

Ces dégâts dans le métro sont évalués à plus de 300 millions de dollars et un retour à la normale sur certaines lignes pourrait prendre « des mois », a indiqué dimanche le président de la compagnie nationale de transports publics, Louis de Grange.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ce mardi 12 novembre, à l’occasion d’une grève générale, ils étaient plusieurs centaines de milliers dans les rues du pays à réclamer, notamment, une Assemblée constituante. La sortie de crise n’est pas pour tout de suite.

    Par Alan Loquet

    Amériques

    Le Chili vers une sortie de crise?

  • Cristina Bautista a été assassinée le 29
octobre.

    Par Anne Proenza

    Amériques

    Colombie: «Si on parle on nous tue, si on se tait aussi»

  • Lula.

    Par Anne Vigna

    Amériques

    Le retour inespéré de Lula

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite