Elections législatives en Suisse: percée historique des verts, selon les dernières estimations

Elections législatives en Suisse: percée historique des verts, selon les dernières estimations
AFP

Les partis écologistes se dirigent vers des scores historiques aux élections législatives suisses de dimanche mais la droite populiste, connue pour son discours anti-immigration et anti-européen, devrait rester la première force politique du pays.

Les Verts (gauche), en passe de devenir le quatrième parti du Conseil national (Chambre basse) à la place du parti démocrate-chrétien (PDC), aspirent désormais à accéder pour la première fois au gouvernement, où tous les grands partis se partagent les sept places de ministres selon une formule dite « magique ».

Après un scrutin aux allures de « changement tectonique, (…) on doit peut-être discuter une nouvelle formule magique », a déclaré la présidente des Verts, Regula Rytz. Une idée que les socialistes ont immédiatement soutenue.

L’appel de Greta Thunberg entendu

Selon la troisième projection de l’institut gfs.bern, les Verts obtiendraient 28 députés (13 % des voix), au terme d’une campagne largement marquée par la question du changement climatique. Les Vert’libéraux progresseraient à 16 sièges (7,9 % des voix). Les résultats définitifs seront connus dans la nuit.

Les Verts ont réclamé la « tenue urgente d’un sommet national pour le climat ». Et pour Greenpeace « le résultat de ces élections donne un mandat clair au Parlement ».

Les appels de la jeune activiste écologiste Greta Thunberg ont particulièrement résonné en Suisse, où de nombreuses villes et cantons ont proclamé l’« état d’urgence climatique », tandis que des dizaines de milliers de personnes ont participé aux « grèves pour le climat ». Ils étaient encore 100.000 à Berne fin septembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite