Serie A: l’AC Milan perd encore des plumes après son partage face à Lecce (2-2, vidéos)

photo news
photo news

Malgré quelques frayeurs, l’Inter Milan est restée au contact de la Juventus en s’imposant 4-3 sur la pelouse de Sassuolo dimanche lors de la 8e journée de Serie A, qui a aussi confirmé les difficultés de son voisin, l’AC Milan, tenu en échec par Lecce (2-2).

De son côté, l’AS Rome n’a pris qu’un seul point (0-0) sur la pelouse de la Sampdoria Gênes, lanterne rouge du championnat.

Plus que ce match nul, leur quatrième déjà cette saison, les Romains regretteront les blessures de Cristante et Kalinic, qui viennent allonger une déjà très longue liste de pépins physiques cette saison.

A la place de Kalinic, c’est Dzeko qui est entré, le visage protégé par un masque après avoir été lui-même victime d’une fracture de la pommette il y a 15 jours. Pour ne rien arranger, Kluivert a été exclu en fin de match.

Le match a également été marqué par des cris de singe lancés par des tifosi romains vers le milieu de terrain anglais de la Sampdoria, Ronaldo Vieira.

Le club giallorosso a présenté ses excuses au joueur sur Twitter, promettant de soutenir « les autorités dans le processus d’identification et, en conséquence, de mise au ban des individus responsables de ces insultes racistes ».

La Roma se retrouve 6e au classement, dépassée par Cagliari, qui a battu la Spal 2-0. La Sampdoria reste de son côté dernière, mais ce point pris est encourageant pour Claudio Ranieri, le nouvel entraîneur de l’équipe génoise.

Stefano Pioli a lui aussi dû se contenter d’un point pour ses débuts avec l’AC Milan, mais il n’y trouvera sans doute pas les mêmes satisfactions que Ranieri. Car c’est à domicile et par le promu Lecce que Milan a été tenu en échec (2-2).

Côté Milan, qui reste 12e, le meilleur homme du match a été Calhanoglu, auteur d’un but magnifique pour l’ouverture du score et d’une action de grande classe pour servir Piatek sur le but du 2-1. Mais Lecce est revenu à chaque fois, d’abord sur un penalty de Babacar puis, dans le temps additionnel, grâce à une frappe terrible de Calderoni (les buts sont à retrouver en vidéos ici).

Lundi, La 8e journée se terminera par un duel entre le Brescia de Balotelli et la Fiorentina de Ribéry.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite