Ligue 1: l’Olympique de Marseille renoue avec la victoire face à Strasbourg (2-0)

photo news
photo news

L’Olympique de Marseille respire un peu mieux sa victoire (2-0) contre Strasbourg dimanche et remonte à la 5e place de la Ligue 1 après la 10e journée, juste avant d’aller à Paris.

Pas de quoi pavoiser. Après quatre matches sans succès, cette deuxième victoire à domicile de la saison permet à l’OM d’apaiser les doutes et de rester à deux points de la 2e place, occupée par Nantes, à la faveur d’un championnat très serré.

Un but tôt marqué par Boubacar Kamara (3e) a suffi, avant un penalty en toute fin de match (90e+5) transformé par Kevin Strootman, mais Marseille n’a pas brillé sous la pluie, même si les Phocéens ont frappé deux fois les montants.

Le plus important au classement sont peut-être les six longueurs d’avance sur Lyon, concurrent pour le podium malgré son début de saison très poussif.

L’OL, 17e, sera très attendu au Vélodrome le 10 novembre avec son nouvel entraîneur, Rudi Garcia, qui connaît bien la maison...

Derrière, Strasbourg, dernier après cette défaite, n’aurait pas dit non à une victoire poussive. Mais le Racing s’est trop contenté de faire vivoter le ballon, avec une possession pourtant légèrement supérieure à celle de l’OM (53%).

Radonjic sur la barre

Le péril n’est pas encore trop grand, le classement est serré en bas aussi et les Alsaciens ne sont qu’à une victoire de la 12e place. Mais il leur faudra moins ronronner leur football.

L’OM a fait juste un petit peu mieux pour gagner ce match. Mais le trio d’attaque était un peu en-dedans.

Dario Benedetto n’était pas dans un grand soir, mais il a obtenu le penalty final, en crochetant Mohamed Simakan sur un contre. Le défenseur alsacien a fauché l’Argentin, et Strootman, en l’absence de Dimitri Payet, a tiré.

Chez les autres attaquants, Valère Germain a été trop isolé et Nemanja Radonjic trop gourmand en crochets et inefficace.

Dommage, car quand le Serbe a joué vite, il a failli faire mouche.

Il y a eu sa talonnade subtile pour Duje Caleta-Car qui était monté, la frappe puissante du défenseur croate s’écrasant sur le poteau (20e).

Puis Radonjic a expédié une belle volée sur la barre (55e).

L’essentiel du temps, le jeu a été un peu lent des deux côtés. Pourtant, à chaque accélération de l’OM, le danger s’est aiguisé.

Mais les Olympiens ont mal négocié des contres, comme coup sur coup Maxime Lopez (44e) et Benedetto (45e).

Kamara fête son retour

En seconde période, l’OM n’a plus été vraiment dangereux, hormis une frappe de Saïf-Eddine Khaoui de peu à côté (70e), ou sur un ballon conquis à la bagarre par Benedetto mais sauvé par Lamine Koné juste devant Lopez (76e).

Finalement, heureusement pour les Marseillais, ils ont réussi leur entame. André Villas-Boas regrettait que son équipe concédait trop souvent le premier but? Cette fois, elle a marqué sur sa première action, par Kamara.

Le défenseur est monté sur un coup franc de Benedetto et a exploité une remise en retrait bien sentie de Strootman pour battre Matz Sels, avec la complicité involontaire de Ludovic Ajorque.

Un des chouchous du Vélodrome a fêté de belle manière son retour de trois matches de suspension. Et cette fois, l’enceinte était bien remplie pour faire du bruit sur son but. Son tout premier sous les couleurs olympiennes, il l’avait signé la saison dernière lors du triste huis-clos contre Bordeaux (1-0)...

«Bouba» aura donc un match d’élan pour le choc face au PSG. Son partenaire habituel, Alvaro Gonzalez, devrait être remis de sa fissure au péroné mais sera totalement à jeun, tout comme Dimitri Payet, ses quatre matches de suspension purgés.

Mais l’OM s’est au moins remis dans le bon sens avant le déplacement au Parc des Princes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite