Maxime Busi titulaire lors du succès de Charleroi au Cercle de Bruges (0-3): «Me battre pour rester titulaire»

Maxime Busi titulaire lors du succès de Charleroi au Cercle de Bruges (0-3): «Me battre pour rester titulaire»

Pour la première fois depuis l’arrivée de Karim Belhocine, Maxime Busi était présent dans le onze de base en championnat. Et il s’en est plutôt bien tiré.

« Avant chaque début de semaine, je me prépare comme si j’allais être titulaire, même si je n’ai connu que le banc cette saison », réagissait l’intéressé, qui a avant tout veillé à bien fermer son couloir. « Le premier rôle d’un arrière est de faire son travail défensif. Mais c’est sûr que quand je le peux, j’aime apporter offensivement et amener un peu ma fougue. Mais quand on est jeune, ce qui est difficile, c’est de pouvoir gérer les choses, entre les moments où il faut y aller et ceux où il faut rester. C’est ce que je me suis efforcé de faire. »

Après avoir terminé la saison dernière en tant que titulaire, l’international Espoir a donc été délogé du onze par Stergos Marinos à la reprise du championnat : « J’avais évidemment envie de commencer la saison en tant que titulaire mais le coach a fait ses choix, je les ai acceptés et j’ai bossé pour revenir. Et là, je vais continuer de me battre à chaque entraînement pour le rester. Car même après une victoire et en ayant gardé le zéro, les compteurs sont remis à zéro en début de semaine. Mais je sais que Stergos en fera de même et c’est une bonne chose. Il y a une concurrence saine et on se pousse mutuellement. »

Et de commenter son entente avec Gholizadeh : « On a essayé de beaucoup parler et de se coacher. La barrière de la langue n’empêche pas qu’on se comprenne tous les deux très bien. Ça a bien fonctionné, on ne peut qu’être satisfait. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite