Energies renouvelables: une hausse attendue dans le monde, tirée par les petites unités solaires

Energies renouvelables: une hausse attendue dans le monde, tirée par les petites unités solaires
Belga

Les énergies renouvelables devraient voir leurs capacités mondiales croître de 50% d’ici 2024, tirées notamment par les petites unités solaires, estime lundi l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Après un tassement en 2018, lié à de nouvelles orientations budgétaires en Chine, le secteur est reparti à la hausse, avec une croissance à deux chiffres anticipée pour 2019, selon le rapport «Renouvelables 2019» de l’AIE.

Pour les cinq ans à venir, l’agence prévoit un bond de 1.200 gigawatts de capacités nouvelles, soit l’équivalent de la capacité électrique actuelle des Etats-Unis, toutes sources confondues. Les renouvelables passeraient ainsi de 26% à 30% de la production d’électricité mondiale (derrière le charbon, à environ 34%).

Une usine de recyclage de panneaux photovoltaïques à Seraing

Une croissance «spectaculaire» est prévue dans le solaire photovoltaïque, notamment «décentralisé»: on désigne ainsi les équipements qui, par opposition aux grosses centrales solaires, sont posées sur des maisons, des usines, des supermarchés... capables ainsi de produire leur propre énergie.

La moitié de la croissance attendue dans le solaire viendra de ces équipements, dont les capacités ont déjà doublé ces 5 dernières années et devraient doubler encore pour produire 2% de la production d’électricité mondiale en 2024.

Chine, Union européenne, Etats-Unis, Inde sont concernés, mais aussi l’Afrique ou certains pays d’Asie, où «ils apportent une énorme valeur: un premier accès à l’électricité pour environ 100 millions de personnes dans les cinq ans à venir», selon Paolo Frankl, responsable des renouvelables à l’AIE.

Ces systèmes fonctionnent particulièrement bien pour les sites industriels et commerces, actifs en journée, quand le potentiel du solaire est au maximum.

Chez les particuliers aussi, le nombre de toitures équipées devrait doubler, à environ 100 millions d’ici cinq ans, selon l’AIE. Soit 6% du potentiel en surface de toits disponible.

«Une croissance aussi météorique en dehors de la sphère des fournisseurs d’énergie traditionnels va transformer la manière dont nous produisons et consommons l’électricité», avec «des implications majeures» pour les consommateurs, les opérateurs comme les régulateurs, prévient cependant le directeur de l’AIE, Fatih Birol.

Le plus grand parc éolien du monde au large de la côte britannique d’ici 2020

«Son développement doit être bien géré, afin de garantir des revenus stables pour la maintenance des réseaux, contenir les coûts d’intégration au système et répartir les coûts équitablement entre consommateurs.»

Une cartographie européenne du potentiel géothermique de surface

Aux pouvoirs publics de revoir leurs politiques tarifaires pour attirer les investissements tout en gardant des moyens pour entretenir les grandes infrastructures de transport et distribution, dit l’AIE.

Ces systèmes «donnent beaucoup de pouvoir aux producteurs d’énergie individuels», résume Fatih Birol, mais aussi «ils donnent aux citoyens le moyen de contribuer au combat contre le réchauffement climatique».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite