Le Canada élit ses députés, Justin Trudeau en sursis

Le Canada élit ses députés, Justin Trudeau en sursis
AFP

Un deuxième mandat pour Justin Trudeau, usé par quatre ans au pouvoir, ou un changement de cap avec le jeune conservateur Andrew Scheer? Les Canadiens décident lundi qui formera le prochain gouvernement, lors de législatives à l’issue imprévisible.

Les premiers bureaux de vote ouvriront à Terre-Neuve et Labrador (est) à 8h30 locales (11H00 GMT). Dans un pays qui s’étale sur six fuseaux horaires, les derniers électeurs voteront en Colombie-Britannique (ouest) jusqu’à 02h00 GMT (mardi), mais les premiers résultats sont attendus lundi à partir de 23h00 GMT.

Quelque 27,4 millions de Canadiens sont appelés à élire leurs 338 députés à l’issue d’une campagne électorale souvent tendue. Si les sondages disent vrai, ils devraient mettre fin à la majorité absolue dont dispose le Premier ministre sortant depuis sa victoire surprise en 2015.

Car la campagne s’est achevée comme elle a commencé quelque 40 jours plus tôt: sur une égalité quasi-parfaite dans les intentions de vote entre les deux grands partis qui alternent au pouvoir depuis 1867. Du jamais vu depuis des décennies selon les commentateurs.

Les derniers sondages placent le parti libéral (centre) de M. Trudeau entre 31 et 34% et les conservateurs (droite) entre 32 et 33%. Selon les projections, ces chiffres ne permettraient à aucun de ces deux partis de franchir la barre des 170 sièges qui garantit une majorité absolue.

Dimanche, la voix enrouée par des dizaines de réunions publiques, M. Trudeau a lancé un ultime plaidoyer en faveur d’un deuxième mandat.»Nous avons besoin d’un gouvernement progressiste fort qui unira les Canadiens et luttera contre le changement climatique, pas d’une opposition progressiste», a-t-il lancé lors d’un meeting dans la région de Vancouver.

En cas de gouvernement minoritaire, le futur Premier ministre, libéral ou conservateur, devra compter sur l’appui des plus petits partis pour obtenir une majorité à la Chambre des communes. Comme le Nouveau Parti Démocratique (NPD, gauche), de Jagmeet Singh, l’une des révélations de ces élections, crédité de près de 20% des intentions de vote. Ou le Bloc québécois, formation indépendantiste dirigée par l’autre révélation de la campagne, Yves-François Blanchet qui a su mettre les grandes problématiques québécoises au coeur du débat fédéral.

Ce parti ne présente des candidats que dans la «Belle province», mais celle-ci compte à elle seule près d’un quart (78) des élus à Ottawa et le Bloc pourrait y tailler des croupières aux libéraux.

Dernier grand parti en lice, les Verts d’Elizabeth May ont peiné à faire passer leur message d’une urgence climatique, même si l’environnement a été l’un des thèmes dominants des débats.

A 47 ans, Justin Trudeau n’a plus l’atout de la jeunesse -MM. Scheer et Singh ont 40 ans- et de la nouveauté qui avaient contribué à le porter au pouvoir, à la surprise générale, en 2015 face au conservateur Stephen Harper.

Le dirigeant libéral termine son mandat affaibli par plusieurs scandales. Sa popularité a chuté après une affaire d’ingérence politique dans une procédure judiciaire, et la publication en pleine campagne de photos de lui grimé en Noir ("blackface") a brouillé son image.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite