Le Canada élit ses députés, Justin Trudeau en sursis

Le Canada élit ses députés, Justin Trudeau en sursis
AFP

Un deuxième mandat pour Justin Trudeau, usé par quatre ans au pouvoir, ou un changement de cap avec le jeune conservateur Andrew Scheer? Les Canadiens décident lundi qui formera le prochain gouvernement, lors de législatives à l’issue imprévisible.

Les premiers bureaux de vote ouvriront à Terre-Neuve et Labrador (est) à 8h30 locales (11H00 GMT). Dans un pays qui s’étale sur six fuseaux horaires, les derniers électeurs voteront en Colombie-Britannique (ouest) jusqu’à 02h00 GMT (mardi), mais les premiers résultats sont attendus lundi à partir de 23h00 GMT.

Quelque 27,4 millions de Canadiens sont appelés à élire leurs 338 députés à l’issue d’une campagne électorale souvent tendue. Si les sondages disent vrai, ils devraient mettre fin à la majorité absolue dont dispose le Premier ministre sortant depuis sa victoire surprise en 2015.

Car la campagne s’est achevée comme elle a commencé quelque 40 jours plus tôt: sur une égalité quasi-parfaite dans les intentions de vote entre les deux grands partis qui alternent au pouvoir depuis 1867. Du jamais vu depuis des décennies selon les commentateurs.

Les derniers sondages placent le parti libéral (centre) de M. Trudeau entre 31 et 34% et les conservateurs (droite) entre 32 et 33%. Selon les projections, ces chiffres ne permettraient à aucun de ces deux partis de franchir la barre des 170 sièges qui garantit une majorité absolue.

Dimanche, la voix enrouée par des dizaines de réunions publiques, M. Trudeau a lancé un ultime plaidoyer en faveur d’un deuxième mandat.»Nous avons besoin d’un gouvernement progressiste fort qui unira les Canadiens et luttera contre le changement climatique, pas d’une opposition progressiste», a-t-il lancé lors d’un meeting dans la région de Vancouver.

En cas de gouvernement minoritaire, le futur Premier ministre, libéral ou conservateur, devra compter sur l’appui des plus petits partis pour obtenir une majorité à la Chambre des communes. Comme le Nouveau Parti Démocratique (NPD, gauche), de Jagmeet Singh, l’une des révélations de ces élections, crédité de près de 20% des intentions de vote. Ou le Bloc québécois, formation indépendantiste dirigée par l’autre révélation de la campagne, Yves-François Blanchet qui a su mettre les grandes problématiques québécoises au coeur du débat fédéral.

Ce parti ne présente des candidats que dans la «Belle province», mais celle-ci compte à elle seule près d’un quart (78) des élus à Ottawa et le Bloc pourrait y tailler des croupières aux libéraux.

Dernier grand parti en lice, les Verts d’Elizabeth May ont peiné à faire passer leur message d’une urgence climatique, même si l’environnement a été l’un des thèmes dominants des débats.

A 47 ans, Justin Trudeau n’a plus l’atout de la jeunesse -MM. Scheer et Singh ont 40 ans- et de la nouveauté qui avaient contribué à le porter au pouvoir, à la surprise générale, en 2015 face au conservateur Stephen Harper.

Le dirigeant libéral termine son mandat affaibli par plusieurs scandales. Sa popularité a chuté après une affaire d’ingérence politique dans une procédure judiciaire, et la publication en pleine campagne de photos de lui grimé en Noir ("blackface") a brouillé son image.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ce mardi 12 novembre, à l’occasion d’une grève générale, ils étaient plusieurs centaines de milliers dans les rues du pays à réclamer, notamment, une Assemblée constituante. La sortie de crise n’est pas pour tout de suite.

    Par Alan Loquet

    Amériques

    Le Chili vers une sortie de crise?

  • Cristina Bautista a été assassinée le 29
octobre.

    Par Anne Proenza

    Amériques

    Colombie: «Si on parle on nous tue, si on se tait aussi»

  • Lula.

    Par Anne Vigna

    Amériques

    Le retour inespéré de Lula

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20191023-3WUWKM_high

    Comment Nethys est devenue l’EuroMillions pour ses top managers

  2. Image=d-20170615-3F9AGQ_high

    Bruxelles: la Cour des comptes évalue le déficit à 541 millions pour 2020

  3. belgaimage-157096244-full

    Le bout du tunnel approche pour la Commission von der Leyen

La chronique
  • Etats-Unis: quand le dissident torpille le président…

    Qui affrontera Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 ? Joe Biden et Elizabeth Warren se tirent la bourre depuis des mois. À moins que Michael Bloomberg ne vienne rebattre les cartes ?… Réponse le 16 juillet prochain, au terme de la convention démocrate de Milwaukee.

    Répéter cette question à l’envi laisse à penser que Donald Trump, en primus inter pares, sera d’office le candidat du Parti républicain… Si telle est l’hypothèse la plus plausible, gardons tout de même à l’esprit que ce n’est pas la seule.

    Ainsi, dimanche dernier, sur CNN, le sénateur sortant de l’Arizona, Jeff Flake, un des principaux détracteurs de l’actuel président au sein du Parti républicain, a lancé un appel pour que quelqu’un se présente, en interne, contre Trump. Ceci afin de « rappeler aux républicains ce que cela signifie vraiment d’être conservateur, et aussi d’être correct ».

    Flake pourrait-il être celui-là ? « Je ne pense pas, il y a de meilleurs candidats...

    Lire la suite

  • Le pactole des dirigeants de Nethys: dis, c’est comment 18,6 millions?

    Depuis la révélation des montants touchés par les dirigeants de Nethys, beaucoup ont tenté de se figurer ce que représentait ce chiffre stratosphérique. Deux millions, cinq millions on voyait encore à peu près, mais 11,6 millions pour un seul homme et 18,6 pour quatre, pour le coup on avait du mal.

    Sur les réseaux sociaux, chacun y est allé de son essai de mise en perspective. Pour Cédric Halin, le bourgmestre d’Olne...

    Lire la suite