Tour du Guangxi: Second succès pour Fernando Gaviria, vainqueur au sprint de la 5e étape

Tour du Guangxi: Second succès pour Fernando Gaviria, vainqueur au sprint de la 5e étape
Photo News

Fernando Gaviria a levé les bras au terme de la cinquième étape du Tour du Guangxi cycliste (WorldTour), disputée lundi entre Liuzhou et Guilin sur 212,2 km. Le Colombien du Team Emirates, déjà vainqueur de la première étape, a devancé l’Allemand Pascal Ackermann (BORA-hansgrohe) et l’Italien Matteo Trentin (Mitchelton-Scott). L’Espagnol Enric Mas (Deceuninck-Quick Step), vainqueur dimanche de l’étape reine, a conservé les commandes du général à la veille de l’épilogue de cette dernière course WorldTour de la saison.

Un quatuor s’est détaché dès les premiers coups de pédale de la journée avec le Sud-Africain Jay Thomson (Dimension Data), le Néerlandais Taco van der Horn (Jumbo-Visma), l’Irlandais Ryan Mullen (Trek-Segafredo) et l’Israélien Roy Goldstein (Israel Cycling Academy).

Les quatre hommes ont rapidement vu leur avance grimper à 5 : 00 avant de longtemps stagner autour de 3 : 00. Sous l’impulsion des équipes des protagonistes au général, le peloton a repris les fuyards à 36 km de l’arrivée, au pied de la dernière côte de la journée.

Un groupe de grimpeurs s’est détaché au fil de l’ascension mais la majeure partie du peloton a fait la jonction avec la tête avant les derniers kilomètres, laissant présager d’un nouveau sprint final.

Comme lors de la première étape, Gaviria s’est montré le plus véloce au sprint, devançant Ackermann, vainqueur de la 3e étape, et Trentin, qui a enregistré sa 4e troisième place en cinq étapes. Côté belge, Timothy Dupont (Wanty-Gobert) a terminé 5e et Victor Campenaerts (Lotto Soudal) 10e.

Gaviria, 25 ans, a décroché le 40e succès de sa carrière, le 6e de sa saison.

Mardi, la 6e et dernière étape verra le peloton faire une boucle autour de Guilin. Le successeur de Tim Wellens (2017) et de l’Italien Gianni Moscon (2018) sera connu après les 168,3 km et les deux ascensions répertoriées de la journée.

Le Tour de Guangxi est, depuis son apparition en 2017, la dernière course WorldTour du calendrier cycliste annuel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite