Le Standard a parfaitement préparé sa semaine infernale: les Rouches s’apprêtent à défier Francfort et le FC Bruges en l’espace de quatre jours

photo news
photo news

FC Bruges – Standard, dimanche prochain au Jan Breydelstadion, mettra bien aux prises les deux leaders actuels de la compétition. C’est que l’équipe liégeoise a réussi l’essentiel samedi soir à Sclessin en s’imposant à l’énergie face à Genk, le champion de Belgique en titre, grâce à un but splendide de Samuel Bastien inscrit, à nouveau, dans les dix dernières minutes de jeu. Comme cela avait été le cas le 29 septembre contre Charleroi, lorsqu’un coup franc de Paul-José Mpoku avait permis aux siens d’arracher, in extremis, un point précieux. Ce qui veut dire qu’à l’occasion de ses deux dernières sorties à Sclessin, le Standard aura grappillé trois points dans les dernières minutes de jeu.

Un tiers des buts inscrits après la 80e minute

C’est devenu, plus globalement, une bonne habitude de la maison rouche : en 14 matches joués jusqu’ici, toutes compétitions confondues, le Standard a trouvé l’ouverture dans les dix dernières minutes dans 8 d’entre eux. Le but de Samuel Bastien porte d’ailleurs à 10 le nombre de réalisations signées dans ce laps de temps, sur un total de 28, ce qui signifie que l’équipe principautaire inscrit plus d’un tiers de ses buts (35,7 % très exactement) entre la 80e et la 90e minute. Avec, fatalement, un résultat comptable très intéressant puisque cela lui a rapporté, depuis le coup d’envoi de la saison, un total de 9 points et une qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe de Belgique.

Ce n’est pas anodin. Cela prouve, effectivement, que le Standard de Michel Preud’homme a le bon goût de ne rien lâcher et d’aller au bout des efforts, mais aussi que l’effectif présente de la profondeur, Mehdi Carcela et Obbi Oulare ayant joué un rôle important, samedi, dans le succès liégeois. Mais cela montre, également, que si la pièce tombe souvent du bon côté, le Standard parvient trop rarement à être pleinement maître de son sujet et à se rassurer plus tôt dans un match.

En attendant, le Standard a lancé comme il le fallait une semaine infernale, avec des déplacements de tous les dangers jeudi à Francfort, qui n’a fait qu’une bouchée vendredi de Leverkusen (3-0), puis dimanche à Bruges. Où il faudra que Paul-José Mpoku et ses équipiers se serrent les coudes et évoluent tous à leur meilleur niveau s’ils veulent ne pas rentrer bredouilles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite