Enfants et mères belges détenus en Syrie: la ministre de l'Enfance veut un rapatriement «immédiat»

La ministre de l’Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard (Ecolo), réclame lundi le « rapatriement immédiat » des enfants belges et de leurs mères actuellement détenus dans le nord-est de la Syrie.

« Alors qu’un cessez-le-feu est actuellement observé, le rapatriement des enfants bloqués sur place dans des conditions précaires doit être organisé », estime la ministre qui prend en exemple l’action en ce sens menée par le gouvernement britannique pour ses jeunes ressortissants.

« On ne joue pas avec la vie d’un enfant. La Belgique, comme les autres pays européens, a la responsabilité de mettre ces enfants à l’abri du conflit et de ses conséquences dramatiques sur le plan humanitaire. Nous devons pouvoir leur offrir toute la protection nécessaire et prendre toutes les initiatives pour procéder à leur évacuation », juge Mme Linard.

Le rapatriement d’enfants belges en bas âge détenus en Irak et en Syrie a fait l’objet d’un accord au sein du gouvernement fédéral en juin 2017 déjà. Mais à ce jour, seuls six ont été ramenés au pays.

Selon des chiffres récents de l’Ocam, 69 enfants qui ont un lien avec la Belgique se trouvent actuellement dans les camps de la région où s’affrontent l’armée turque et les forces kurdes.

Outre le retour de ces mineurs, la ministre plaide, dans le respect des conventions internationales et de l’intérêt supérieur de l’enfant, pour le rapatriement de leurs mères « afin d’éviter des traumatismes ultérieurs pour ces enfants dont la plupart ont moins de 5 ans. Celles-ci devront, bien entendu, répondre de leurs actes devant la justice belge », souligne la ministre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite