Le cycliste belge Jens Debusschere passe de Katusha à Vital Concept

©Photonews
©Photonews

Après une petite année chez Katusha-Alpecin, Jens Debusschere va une nouvelle fois changer d’équipe. Le Belge de 30 ans a paraphé un contrat de deux saisons en faveur de B&B Hotels – Vital Concept, a annoncé la formation continentale professionnelle française lundi.

Champion de Belgique 2014, Debusschere compte 15 victoires en carrière. Il devra « jouer sa carte personnelle dans les classiques » et « épauler Bryan Coquard dans les sprints les plus relevés », a écrit sa nouvelle équipe dans un communiqué.

Lauréat d’A Travers la Flandre en 2016, le Belge fait toujours de Gand-Wevelgem un véritable objectif. « Cette course m’obsède, elle est faite pour moi, j’y ai toujours bien figuré. C’est mon Mondial. »

Reconnu dans le peloton pour ses qualités de poisson pilote, il devra épauler Coquard, sprinteur maison. « Lancer un sprint est ce que je fais le mieux et c’est pour cela que je rejoins l’équipe. Bryan est un top sprinteur et il a prouvé qu’il avait les qualités pour s’imposer sur les plus grandes courses. J’ai confiance en lui et si, d’aventure, nous sommes tous les deux dans le final de Gand-Wevelgem, car le Mont Kemmel est fait pour lui, je n’aurai aucun souci à le guider et à préparer son sprint. »

Le Belge est la 4e recrue de l’équipe créée en 2018 par Jérôme Pineau après son compatriote Frederik Backaert (29 ans, Wanty), le Français Cyril Barthe (23 ans, Euskadi-Murias) et le Néerlandais Tom-Jelte Slagter (30 ans, Dimension Data).

Pineau s’est d’ailleurs montré ravi de ce renfort. « Jens est un coureur dont l’engagement à nos côtés me rend fier à plusieurs titres. Il vient confirmer, un an après un recrutement haut de gamme, que notre équipe attire les plus grands noms et jouit d’une belle image dans le peloton international. Jens a vu comment nous travaillons, l’équipe lui plaît et il aura un rôle bien défini sur les classiques et aux côtés de Bryan. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il sera très performant, très vite. »

Passé pro en 2010, Debusschere a porté les couleurs de l’équipe Lotto jusqu’en 2018 et son départ chez Katusha-Alpecin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite