Accueil Belgique Politique

Pensions: ces métiers qui réduisent l’espérance de vie

Le nouveau numéro de « Regards économiques », la revue de l’Ires, propose de calculer la pénibilité du travail sur la base d’une approche indirecte. De quoi sortir du blocage observé au cours de la législature écoulée.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Le dossier des pensions passionne particulièrement les chercheurs de l’UCLouvain en cette rentrée académique. Ainsi, moins d’un mois après la parution du numéro 150 de Regards économiques, la publication de l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires), le numéro d’octobre (à paraître ce mardi) est consacré à un autre aspect de ce dossier noueux : la pénibilité. Il est signé par Jean Hindriks et Arno Baurin.

« C’est une réponse à l’opinion publique qui se demande si on peut avoir une définition des métiers pénibles », explique le Pr Hindriks, qui fut membre de la commission de réforme des pensions et signataire du rapport complémentaire sur les métiers pénibles. « Et cette réponse est oui, de façon plus ou moins fiable. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Mazy - Dupas Serge, mardi 22 octobre 2019, 11:47

    Cet article ne parle pas de l'essentiel ! Les catégories professionnelles pour lesquelles on a - soi-disant- établi l'espérance de vie sont minoritaires dans les métiers pénibles ! Ainsi, on ne parle pas des couvreurs, ardoisiers, égoutiers,maçons, carreleurs, ouvriers et techniciens, laborantins exposés dans l'industrie chimique et assimilée ... etc ... Quand on parle des secrétaires, il faut faire une distinction entre une secrétaire travaillant en support d'un staff de boss(es) du secteur bancaire, agents de change, marketing ... qui n'arrête jamais, reçoit des ordres de 2 ou 3 côtés à la fois ... fait régulièrement des heures SUPP non payées pour conserver son job ... et la secrétaire dans un ministère, Communauté française, ... ainsi que la secrétaire de son mari indépendant qui travaille à domicile !!! Pour les infirmières, c'est la même chose : pas de comparaison possible entre une infirmière qui travaille dans une grande structure hospitalière, parfois aux urgences, aux soins intensifs, qui doit parfois passer plus d'une heure matin et soir dans ses déplacements et les bouchons ... qui fait les pauses 3 X 8 , les W.E , et l'infirmière qui travaille dans un cabinet privé en soutien d'un spécialiste ou dans une mutuelle ou à la SNCB ou dans un autre organisme public, ... Comparaison n'est donc pas raison !!! Si le dossier n'a pas abouti, c'est parce qu'il constitue un véritable casse-tête . Les déçus seront les plus nombreux et le pouvoir politique perdra encore de sa crédibilité !

  • Posté par Vigneron Gérard, mardi 22 octobre 2019, 14:17

    Serge OK, il y a sans doute des décompositions professionnelles plus fines disponibles que celles reprises ds l' article du journal.

  • Posté par Henri Pollet, mardi 22 octobre 2019, 11:53

    Tout est dit....

  • Posté par Deckers Björn, mardi 22 octobre 2019, 10:03

    Hugues Crépin, c'est surtout les politiques qui ne s'en saisissent pas. Les organes dont vous parlez sont forcément disposés à donner les informations dont ils disposent à la simple demande des cabinets ministériels. Il ne faut pas renverser les responsabilités. Il n'appartient pas aux administrations ou à la société civile d'écrire la loi mais bien à la politique. Et en même temps, il appartient au personnel politique d'appuyer la décision sur des bases les plus enrichies. En cela, l'étude de l'UCL ci-dessus est certainement très intéressante. S'il y a bien une base intelligente pour octroyer des points menant à une anticipation accélérée du droit à la pension, c'est de tenir compte de l'espérance de vie en générale, et de l'espérance de vie en bonne santé en particulier.

  • Posté par SOLHEID Nicolas, mardi 22 octobre 2019, 17:25

    C'est effectivement une base de réponse fort intéressante, et une étude qui demanderait à être lue dans son intégralité pour vérifier le degré de précision adopté.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs