Bertrand Cantat doit remonter sur scène en mars 2020

Bertrand Cantat doit remonter sur scène en mars 2020
AFP

Le chanteur Bertrand Cantat projette de remonter sur scène fin mars 2020, dans un spectacle alliant musique et littérature, en collaboration avec le romancier français Caryl Férey, a-t-on appris lundi auprès des organisateurs.

L’ex leader de Noir Désir, qui n’a pas foulé la scène depuis l’interruption de sa tournée en juin 2018, créera le spectacle « Paz » (paix en espagnol) le 31 mars au Rocher de Palmer, à Cenon, a annoncé ce théâtre de la banlieue bordelaise dédié aux cultures du monde. « D’autres dates sont en cours de calage » dans d’autres salles, a précisé à l’AFP une porte-parole de ce spectacle situé en Colombie.

Issu de la collaboration des deux hommes et basé sur le roman policier « Paz » de Caryl Férey (Série noire, Gallimard), ce projet se veut « un texte de poésie libre, sombre et onirique où prose et chansons se superposent », selon un communiqué du Rocher de Palmer. « Paz », roman paru début octobre selon le site de l’éditeur Gallimard, est une « tragédie familiale sur fond de guérilla colombienne ».

Considéré par certains comme un symbole des violences faites aux femmes

Condamné à huit ans de prison en Lituanie pour des coups mortels en 2003 à Vilnius sur sa compagne, Marie Trintignant, le chanteur, aujourd’hui âgé de 55 ans, avait été libéré en 2007. Il avait progressivement repris son activité publique à partir de 2010, avec un album et une tournée avec le groupe Detroit, suivi de la sortie, en décembre 2017, de son premier album solo « Amor Fati ».

La promotion du disque s’était faite sur fond de polémique à la suite d’une couverture de l’hebdomadaire Les Inrocks consacrée au chanteur en octobre 2017, en pleine tempête Weinstein. Sa tournée 2018 avait suscité de nombreuses réactions hostiles, certains voyant en lui un symbole des violences faites aux femmes. Ces pressions avaient abouti à l’annulation de plusieurs concerts et participations à des festivals, jusqu’à ce que le chanteur jette finalement l’éponge en juin en renonçant aux dernières dates prévues.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite