Élections au Canada: vers un deuxième mandat pour Justin Trudeau

Justin Trudeau et son épouse
Justin Trudeau et son épouse - Reuters

Les libéraux canadiens de Justin Trudeau sont en passe de remporter les élections législatives mais le Premier ministre sortant dirigera un gouvernement minoritaire, selon les projections unanimes des télévisions lundi soir.

Les chaînes canadiennes n’ont pas prédit l’ampleur de la victoire de M. Trudeau, 47 ans, face aux conservateurs d’Andrew Scheer, 40 ans. Les deux partis étaient donnés au coude-à-coude par tous les derniers sondages.

Si ces projections se confirment, M. Trudeau aura remporté son pari d’un deuxième mandat, malgré les nombreux scandales qui ont marqué ses quatre années au pouvoir.

Mais il ressort affaibli de ce scrutin et devra donc trouver l’appui de plus petits partis à la Chambre des communes pour se maintenir au pouvoir. À la dissolution de la chambre actuelle, les libéraux bénéficiaient d’une majorité absolue des voix, avec 177 sièges sur 338.

Dès mardi, le dirigeant libéral pourrait donc entamer des discussions avec ces plus petits partis en vue d’une alliance. Le premier test du futur gouvernement sera le discours du Trône, au cours duquel le gouvernement soumet au vote du Parlement son programme législatif.

Atouts de la jeunesse

M. Trudeau devrait notamment se rapprocher du Nouveau Parti Démocratique (NPD, gauche), de Jagmeet Singh, l’une des révélations de ces élections, ou du Bloc québécois, formation indépendantiste dirigée par l’autre révélation de la campagne, Yves-François Blanchet.

Ce parti ne présente des candidats que dans la « Belle province », mais celle-ci compte à elle seule près d’un quart des élus à Ottawa (78) et le Bloc y a taillé des croupières aux libéraux.

Aucun taux de participation n’a été publié. Quelque 4,7 millions d’électeurs avaient voté par anticipation, de vendredi à lundi de la semaine dernière, un chiffre en forte hausse par rapport à 2015.

Michel Mercer, un résident de Montréal, a voté pour les libéraux, mais pas vraiment par conviction : « J’ai préféré voter pour éviter d’avoir un gouvernement minoritaire, car je serais plutôt tendance NPD (un parti de gauche), mais je n’ai pas le goût de voir les conservateurs au pouvoir », dit-il à l’AFP.

Au contraire, Murray Lutzer, qui habite Regina, fief d’Andrew Scheer, a choisi les conservateurs : « Je ne veux juste pas de quatre nouvelles années de domination libérale », dit-il.

À 47 ans, Justin Trudeau n’a plus les atouts de la jeunesse -MM. Scheer et Singh ont 40 ans- et de la nouveauté qui avaient contribué à le porter au pouvoir, à la surprise générale, en 2015 face au conservateur Stephen Harper.

Image brouillée

Et le dirigeant libéral termine son mandat affaibli par plusieurs scandales. Sa popularité a chuté après une affaire d’ingérence politique dans une procédure judiciaire, et la publication en pleine campagne de photos de lui grimé en Noir (« blackface ») a brouillé son image.

Tout au long de la campagne, il a défendu son bilan : économie solide, cannabis légalisé, taxe carbone, accueil de dizaines de milliers de réfugiés syriens, accords de libre-échange signés avec l’Europe ou les États-Unis et le Mexique…

En face, M. Scheer promettait un retour à l’équilibre budgétaire, des baisses d’impôts, avec un objectif simple : « Remettre de l’argent dans la poche des Canadiens ».

Le conservateur aux valeurs catholiques assumées a tenté de compenser une image un peu terne par des attaques en règle contre M. Trudeau.

Mais il n’a pas échappé à son lot de polémiques : hostilité personnelle à l’avortement et soupçons d’avoir commandité une campagne de dénigrement de son rival de la droite conservatrice Maxime Bernier notamment.

Le système électoral canadien prévoit qu’un Premier ministre sortant peut rester en poste même si son parti n’obtient pas la majorité des sièges, tant qu’il réunit une majorité lors des votes de confiance à la Chambre des communes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite