Bruxelles : une marche blanche prévue dimanche pour le jeune Mehdi percuté par la police

Bruxelles : une marche blanche prévue dimanche pour le jeune Mehdi percuté par la police
Belga

Une marche blanche sera organisée dimanche à Bruxelles par la famille de Mehdi, un jeune de 17 ans décédé après avoir été percuté par une voiture de police le 20 août dernier.

Le rassemblement commencera à 14h place De Brouckère et l’événement se terminera à 18h place de l’Albertine, où des discours seront prononcés par des membres de sa famille. Cette marche a été autorisée par la police. La famille demande à ce qu’elle soit pacifique. Elle appelle les participants à venir, de préférence, habillés de blanc.

«Il était jeune et innocent», estime son grand-frère Ayoub Bouda, âgé de 24 ans. «On ne veut pas que sa mort soit classée comme un simple fait divers. C’était un jeune, un mineur. Il n’avait pas conscience de tout et il est mort brutalement. On voudrait connaître la vérité sur sa mort, car on n’a pas eu d’explication. Après, on aimerait obtenir justice pour lui. Il est parti trop tôt. Malgré ce qu’on peut dire, c’est lui, la victime (...)».

La famille s’est constituée partie civile. Une instruction judiciaire pour homicide involontaire a en conséquence été ouverte, a précisé ce mardi la porte-parole du parquet Stéphanie Lagasse.

Pour rappel, Mehdi a été percuté par une voiture de police de la zone de Bruxelles-Ixelles qui se rendait à vive allure sur les lieux d’un cambriolage le mardi 20 août au soir, vers 23h50, rue Ravenstein à Bruxelles. Malgré les tentatives pour le réanimer, il est décédé des suites de ses blessures. Le jeune homme s’était soustrait à un contrôle de police, réalisé dans le cadre d’une opération pour lutter contre le trafic de drogues aux alentours du Mont des Arts. Il s’est enfui par la galerie Ravenstein. Il était poursuivi par des agents de police quand l’accident a eu lieu. La police de la zone Bruxelles-Ixelles a contacté la zone de police de Bruxelles-Nord pour faire les constatations d’usage.

Le parquet a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances du drame. Des témoins ont été entendus et les images des caméras de surveillance ont été visionnées.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite