Accueil Monde

François Gemenne: «La géo-ingénierie pourrait un jour être utilisée comme arme de guerre»

La Belgique compte profiter de sa présidence du Conseil de sécurité de l’ONU (en février 2020) pour attirer l’attention des Etats sur les risques sécuritaires liés à la géo-ingénierie. Une bonne idée estime François Gemenne, qui explique pourquoi il est temps de s’y intéresser.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 5 min

En principe, n’importe qui peut faire n’importe quoi », entame François Gemenne, professeur à l’Université de Liège. Aucune loi ni convention internationale ne réglementent en effet la géo-ingénierie, ces techniques qui visent à manipuler et modifier le climat et l’environnement. Pour provoquer des averses ou faire en sorte qu’il ne pleuve pas lors d’un grand événement, par exemple. Ce que les Chinois ne se sont pas privés de faire pour les JO ou le 70e anniversaire de la république populaire.

Les risques sécuritaires de la géo-ingénierie est le sujet d’un séminaire organisé mercredi par les Affaires étrangères à l’Ecole royale militaire à Bruxelles.

Le grand public n’a pas connaissance de ce genre de manipulations de la nature…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs