Dépénalisation de l’avortement: le PS propose un amendement commun

Eliane Tillieux
Eliane Tillieux - Belga

Le groupe PS de la Chambre propose que les partis qui soutiennent une dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse et un allongement du délai légal dans lequel elle peut être pratiquée se retrouvent dans un groupe de travail afin de préparer un texte commun.

Une majorité se dessine en faveur d’une avancée dans le cadre légal de l’avortement. Le PS a été le premier à déposer un texte début juillet suivi de Défi, d’Ecolo et du PTB. L’Open VLD fera de même sous peu, ainsi que le SP.A. Au MR, le chef de groupe, David Clarinval, a rappelé que la liberté de conscience des députés trouverait à s’appliquer sur le sujet, comme c’est le cas dans les dossiers éthiques.

Les conditions diffèrent toutefois d’un texte à l’autre, qu’il s’agisse de la prolongation du délai légal, actuellement de 12 semaines, de la dépénalisation complète ou du maintien de sanctions pour les médecins qui sortiraient du cadre légal ou de la réduction du délai de réflexion.

«Après le combat mené sous la législature précédente, la légalisation de l’avortement reste la priorité du groupe PS. Le texte redéposé en juillet prévoit la fin des sanctions pour les femmes et les médecins, l’allongement du délai légal à 18 semaines et la réduction du délai de réflexion à 48 heures. La députée Eliane Tillieux, face aux différentes propositions qui sont déposées, va proposer de rassembler autour d’un amendement commun les partis qui veulent réellement améliorer l’accès et les conditions d’exercice de l’avortement», a-t-on indiqué au groupe socialiste de la Chambre.

Les différents textes se trouvent à l’ordre du jour de la commission de la Justice mercredi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite