Fédération bruxelloise du PS: Catherine Moureaux et Karine Lalieux ne sont plus candidates à la vice-présidence

Rachid Madrane, Catherine Moureaux et Karine Lalieux (de gauche à droite)
Rachid Madrane, Catherine Moureaux et Karine Lalieux (de gauche à droite) - Dominique Duchesnes

Catherine Moureaux et Karine Lalieux qui s’étaient présentées en équipe avec Rachid Madrane pour l’élection à la tête de la Fédération bruxelloise du PS ne sont pas candidates à la vice-présidence aux côtés du nouveau président Ahmed Laaouej sorti vainqueur du scrutin interne, samedi dernier, lit-on dans un courrier adressé aux militants socialistes bruxellois par le trio vaincu à une cinquantaine de voix près.

« Nous voulons être clairs : ce projet, nous l’avons porté ensemble. Aujourd’hui comme hier, nous continuons à former une équipe. C’est pourquoi Catherine et Karine retirent leur candidature à la vice-présidence. Nous ne sommes demandeurs de rien à titre personnel. Mais nous avons été investis de la confiance de la moitié des militants. Leur voix doit être entendue, et notre responsabilité est de veiller à ce qu’elle le soit », ont-ils écrit.

Le trio se dit à la disposition de la Fédération pour mettre en œuvre les principales mesures de son programme axé sur la défense « d’une Fédération plus représentative, plus égalitaire et plus participative, qui donne à ses militants et à ses sections toute la place qui leur revient ».

« Une Fédération qui rassemble toutes nos forces vives »

A leurs yeux, cela doit se faire au travers, notamment, de « l’instauration d’une véritable égalité entre les femmes et les hommes, qui doit notamment se traduire par une représentativité des femmes aux postes à responsabilités ; un investissement plein et entier de l’équipe dirigeante au regard de la nécessité de soutenir une nouvelle dynamique et un travail de terrain intense permettant de renforcer notre assise militante ; une plus grande attention aux préoccupations des jeunes et des aînés, qui doit amener à associer dans l’exécutif le Président de la Fédération bruxelloise des Jeunes Socialistes et le Président de la Fédération socialiste des Pensionnés de Bruxelles ; une plus large participation des militants dans l’élaboration des positions que défendent les socialistes bruxellois, en encourageant les militants et des citoyens engagés à construire ensemble des propositions concrètes qui seraient ensuite portées par nos élus ».

Il est encore question « d’un renforcement des liens avec les représentants des travailleurs avec ou sans emploi, à travers l’organisation de rencontres mensuelles avec le syndicat » ; « d’une plus grande participation des sections aux décisions qui touchent à la vie de la fédération, via la création d’une ‘Conférence des présidents’». « C’est ainsi que nous construirons, tous ensemble, une Fédération qui rassemble toutes nos forces vives et qui soit une véritable force de progrès social », ont notamment écrit les trois ténors de la Fédération bruxelloise, à l’attention des militants.

Ceux-ci doivent encore désigner deux vice-président(e)s. Ahmed Laaouej leur propose de soutenir les candidatures d’Isabelle Emmery et de Martin Casier, aux côtés desquels il a fait campagne. Dans leur courrier aux militants, M. Madrane et Mme Moureaux et Lalieux répètent qu’ils reconnaissent la victoire d’Ahmed Laaouej « à l’issue d’un scrutin très serré ».

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite