L’athlète paralympique belge Marieke Vervoort est décédée à l’âge de 40 ans

Photonews
Photonews

L’athlète paralympique Marieke Vervoort est décédée ce mardi soir à l’âge de 40 ans. Souffrant d’une maladie dégénérative des muscles, la Brabançonne avait arrêté ses traitements se laissant euthanasier, a annoncé la ville de Diest mardi.

Marieke Vervoort, deux fois athlète paralympienne de l’année (2012 et 2015), avait mis un terme à sa carrière à l’issue des Jeux paralympiques de Rio en 2016. Elle a remporté l’or (100m en chaise roulante) et l’argent (200m) aux Jeux Paralympiques de Londres en athlétisme, ainsi que l’argent (400m) et le bronze (100m) quatre ans plus tard au Brésil. Elle avait choisi il y a quelques années de remplir toutes les formalités nécessaires à son euthanasie.

En septembre, elle avait réalisé son dernier souhait sur le circuit de Zolder en roulant à bord d’une Race Lamborghini Huracan Evolution.

Championne du monde de paratriahtlon en 2006, Marieke Vervoort souffrait d’une tétraplégie progressive, une maladie dégénérative rare qui paralyse les jambes qui lui avait été diagnostiquée lorsqu’elle avait 14 ans. Un processus irréversible.

Un dernier hommage lui sera rendu lundi à Diest. La cérémonie qui suivra sera célébrée dans la plus stricte intimité. Un registre est mis à disposition du grand public à l’hôtel de Ville de Diest de mercredi à lundi ou sur le site du service funèbre Papillon.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite