La Russie grandit à cause du changement climatique: cinq îles découvertes

La Russie grandit à cause du changement climatique: cinq îles découvertes

Le plus grand pays du monde s’agrandit : la marine russe a annoncé mardi avoir localisé dans l’océan Arctique cinq petites îles révélées par le recul des glaces dû au changement climatique. L’existence de ces nouveaux territoires, situés dans une baie au large de l’archipel de la Nouvelle-Zemble, à l’extrême nord de la Russie, a été confirmée par une expédition maritime sur place en août et septembre. Selon le chef de la flotte russe dans le Grand Nord, Alexander Moiseïev, les îles avaient été prises auparavant pour des glaciers. « La fonte de la glace, son effondrement et des changements de températures ont conduit à leur découverte », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse à Moscou.

Fin août, des images satellites avaient révélé ces terres dont la taille avait été évaluée par la flotte russe entre 900 et 54.000 mètres carrés (près de huit terrains de football). Entre 2015 et 2019, la fonte des glaces en Arctique a été la plus importante jamais enregistrée, selon un rapport de l’Onu sur le réchauffement climatique publié en septembre. Dans ce contexte, la Russie a ouvert ces dernières années une série de bases militaires et scientifiques en Arctique, alléchée par la possibilité d’établir une route commerciale inédite et d’exploiter des sources d’hydrocarbures jusqu’alors inaccessibles.

« Nous avons eu de la chance »

Lors de l’expédition russe ayant confirmé l’existence des cinq îlots, l’équipage d’une soixante de personnes, dont des scientifiques, a embarqué à bord d’un remorqueur et non d’un brise-glace, une première pour ce type de missions. « Nous avons eu de la chance, car nous avons pu accoster des îles où le rivage et les eaux côtières ne sont pas toujours libérés des glaces chaque année », s’est réjouit Denis Krets, le commandant des expéditions russes dans le Grand Nord.

Selon lui, cette mission par temps « chaud » a également permis de confirmer l’existence d’une île considérée auparavant comme une péninsule rattachée à l’archipel François-Joseph, à l’ouest de la Nouvelle-Zemble. Les autorités russes ont indiqué que ces territoires seraient baptisés prochainement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite