Accueil Culture Scènes

Pornographie: le Poche dépose plainte contre X

Logique que le théâtre, art voyeur, abrite « Plainte contre X » sur la pornographie. Une ex-actrice de films X y raconte l’envers du décor. D’autres défendent une (r)évolution féministe dans ce domaine. Urgent face à une vraie banalisation sur Internet, qui touche aussi les jeunes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

La pièce de Karin Bernfeld s’ouvre sur des gémissements. De souffrance ou de jouissance ? Dans cette ambiguïté se loge tout le propos de Plainte contre X, bientôt à l’affiche du Théâtre de Poche. L’auteure lève le voile sur des coulisses moins reluisantes que ne pourrait le laisser penser, en façade, cette « industrie du plaisir ». Elle imagine une fille, d’abord tombée accroc aux images, avant de tourner des films X, certains dans des conditions d’une brutalité extrême. Son personnage, Estelle, raconte les dessous de la pornographie. « On devrait dire “la” porno, puisque c’est l’abréviation de la pornographie, mais c’est devenu “le” porno… Un pouvoir masculin, » souligne-t-elle amèrement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs