Brexit: le président du Parlement européen appelle les Etats à octroyer un report

Brexit: le président du Parlement européen appelle les Etats à octroyer un report
Belga

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a invité les Etats membres à accorder au Royaume-Uni une extension du Brexit jusqu’au 31 janvier, faisant notamment valoir l’importance des travaux à mener par l’assemblée européenne.

« Après le vote du Parlement britannique et l’annonce du Premier ministre Boris Johnson de bloquer la procédure de ratification, la demande du gouvernement britannique d’une prolongation jusqu’au 31 janvier reste sur la table », constate le président de l’assemblée. « Il est souhaitable que le Conseil européen l’accepte », ajoute-t-il, rejoignant la position du président du Conseil Donald Tusk. Aux yeux de M. Sassoli, cette extension permettra au Royaume-Uni de clarifier sa situation et au Parlement européen d’exercer ses prérogatives. De nombreux députés avaient insisté ces derniers temps pour prendre le temps du débat parlementaire sur le Brexit.

« Ce n’est pas vraiment un problème »

L’Allemagne ne s’opposera pas à un report de la date du Brexit, a annoncé mercredi le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, après l’appel du président du Conseil européen à accepter une telle mesure. La demande de troisième report de la date de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, prévue en principe pour le 31 octobre, « n’échouera pas à cause de l’Allemagne », a déclaré devant la presse Steffen Seibert, sans vouloir pour l’instant se prononcer sur la possible durée d’un tel délai.

En parallèle, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, s’est lui aussi montré ouvert. « S’il s’agit de reporter la date de deux ou trois semaines, afin de donner aux députés à Londres la possibilité de ratifier comme il faut la loi » sur la sortie du pays de l’UE, « ce n’est pas vraiment un problème », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision RTL Allemagne.

Il n’a pas non plus exclu, sous condition, un report de quelques mois. « S’il s’agit de reporter le Brexit jusqu’à fin janvier, nous devons savoir pour quelle raison, ce qui va se passer dans l’intervalle et s’il va y avoir des élections en Grande-Bretagne », a-t-il expliqué. « Nous devons connaître les intentions des Britanniques, surtout celles de (Boris) Johnson, car jusqu’à aujourd’hui ce n’est pas clair », a ajouté le ministre.

Mardi, Paris a annoncé être prêt à un report « technique » du Brexit de « quelques jours » afin que la procédure parlementaire puisse s’achever à Londres, mais s’opposera à une prolongation destinée à « rediscuter de l’accord », a déclaré la secrétaire d’Etat française aux Affaires européennes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les implications de l’affaire Nethys sur les pratiques politiques resteront selon les historiens.

    L’affaire Nethys va-t-elle intégrer les livres d’histoire?

  2. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  3. d-20160728-G95KNK 2018-05-02 10:05:11

    Les centres belges ne sont pas équipés pour pratiquer des avortements jusque 18 semaines

La chronique
  • Des tweets prolétariens

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite