Michel Nihoul est décédé à l’âge de 78 ans

Michel Nihoul est décédé à l’âge de 78 ans

Michel Nihoul est décédé à l’âge de 78 ans. C’est sa compagne, Marleen De Cokere, qui a confirmé la nouvelle. Il était hospitalisé à Zeebrugge depuis plusieurs jours.

Blanchi pour tous les faits liés aux enlèvements d’enfants dans l’affaire Dutroux, il avait écopé d’une peine de cinq ans d’emprisonnement pour trafic de drogue et association de malfaiteurs. Il était sorti de prison en 2006. Il avait ensuite fondé une ASBL d’aide aux justiciables et a publié un livre autobiographique intitulé « Taisez-vous ! ».

Le jour de son arrestation, le 13 août, Marc Dutroux, interrogé par Michel Demoulin, a lâché un nom pour justifier de son emploi du temps du 10 août : il a rencontré à Bruxelles « Monsieur Nihoul » dont il est venu chercher la voiture tombée en panne. Le soir même, le domicile bruxellois de Nihoul est perquisitionné. Il est absent. Informé, il prend les choses à la légère. Il ne va pourtant pas rire longtemps.

Certains continuaient de voir en lui le chef de la bande Dutroux

Nihoul est convoqué pour le 16 août à 10 heures par le commissaire Raymond Drisket, de la PJ de Bruxelles qui mène la perquisition chez lui. « Connaissez-vous un certain Lelièvre ? », lui demande le commissaire. Ce Lelièvre, admet Nihoul, est un toxicomane rencontré via l’exploitant d’une pompe à essence de la région de Dinant. Il fait part de ses contacts avec le gendarme Gérard Vanesse, de la BSR de Dinant, qu’il tuyaute sur des trafics de drogue et de voitures. Nihoul proteste de sa bonne foi. Il emmène le péjiste à son domicile, lui révèle que ce Marc Dutroux dont toute la Belgique parle, lui a demandé de trouver des faux papiers destinés à son ami Bernard Weinstein. Il révèle aussi que ce Dutroux lui a demandé un jour de venir à Sars-la-Buissière pour examiner la possibilité de transformer cette masure en lupanar dans lequel seraient accueillies des prostituées « venues de l’Est ». C’en est trop pour le policier. Dutroux, Weinstein, Lelièvre, une maison de passe, des « connexions » avec l’Est, des faux papiers. Nihoul est arrêté. Pour certains, il deviendra même le cerveau de l’affaire Dutroux.

Retiré à Zeebrugge depuis sa libération en 2006, il était encore régulièrement apostrophé en rue par des passants qui continuaient de voir en lui le chef de la bande Dutroux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite