Brexit: Johnson et Corbyn se rencontrent mais ne s’accordent pas

Brexit: Johnson et Corbyn se rencontrent mais ne s’accordent pas
EPA

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn se sont rencontrés mercredi pour discuter des prochaines étapes de la loi mettant en œuvre l’accord de Brexit, actuellement « dans les limbes » au niveau de la Chambre des Communes. La réunion n’a cependant pas débouché sur un résultat probant, Boris Johnson attendant de connaître la réaction de l’Union Européenne sur un éventuel report.

La seconde lecture du Withdrawal Agreement Bill (WAB), le projet de loi traduisant le « deal » dégagé la semaine dernière, a fait l’objet d’un vote positif mardi soir à la Chambre des Communes, la chambre basse du parlement britannique. Les députés ont en revanche rejeté une motion via laquelle le gouvernement voulait forcer un parcours parlementaire accéléré. Sans ce traitement accéléré, il devient quasiment impossible de faire définitivement approuver la loi avant le 31 octobre.

Selon un porte-parole du parti travailliste, Jeremy Corbyn a « réitéré l’offre du Labour de s’accorder sur un calendrier raisonnable permettant de débattre, examiner et amender le projet de loi », répétant aussi que le parti d’opposition « soutiendra l’organisation d’élections générales une fois que la menace d’une sortie sans accord est écartée », écrit la BBC.

Pas de précipitation

Les travaillistes estiment que le timing très serré que Johnson espérait aurait empêché les députés de véritablement décortiquer le contenu de l’accord conclu entre les négociateurs britanniques et européens. Mais le Labour ne fait pas non plus mystère de sa volonté d’amender le projet de loi, d’« améliorer » ce que Corbyn a taxé d’accord « pire que mauvais ». Les travaillistes aimeraient entre autres y insérer l’assurance d’une union douanière avec l’UE.

Le Premier ministre Boris Johnson semble quant à lui rester sur sa position. Interrogé par les membres du parlement, il a répété mercredi qu’il ne veut pas d’un report du Brexit, même s’il a été forcé samedi de transmettre au Conseil européen une demande en ce sens. « Je crains que nous ne devions désormais attendre la décision de nos amis européens, ce qui est le résultat de la décision qu’il (Jeremy Corbyn) a pris hier soir », a lâché le résident du 10, Downing Street, fâché du blocage travailliste à sa proposition de calendrier accéléré.

Des élections anticipées permettraient de renouveler la Chambre des Communes, avec peut-être une nouvelle majorité pour les Conservateurs (qui n’en ont pas actuellement). Si les urnes penchent pour les Tories, cela rendrait la tâche plus facile aux troupes de Boris Johnson, pour mettre en œuvre l’accord de retrait sans encombre. L’organisation de nouvelles élections nécessite cependant un report conséquent du Brexit, car il faut minimum 5 semaines entre la dissolution du parlement et le vote. Il faut aussi que deux-tiers du parlement britannique approuvent qu’on retourne aux urnes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus chinois: la course contre la montre

  2. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite