Brexit: Johnson et Corbyn se rencontrent mais ne s’accordent pas

Brexit: Johnson et Corbyn se rencontrent mais ne s’accordent pas
EPA

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn se sont rencontrés mercredi pour discuter des prochaines étapes de la loi mettant en œuvre l’accord de Brexit, actuellement « dans les limbes » au niveau de la Chambre des Communes. La réunion n’a cependant pas débouché sur un résultat probant, Boris Johnson attendant de connaître la réaction de l’Union Européenne sur un éventuel report.

La seconde lecture du Withdrawal Agreement Bill (WAB), le projet de loi traduisant le « deal » dégagé la semaine dernière, a fait l’objet d’un vote positif mardi soir à la Chambre des Communes, la chambre basse du parlement britannique. Les députés ont en revanche rejeté une motion via laquelle le gouvernement voulait forcer un parcours parlementaire accéléré. Sans ce traitement accéléré, il devient quasiment impossible de faire définitivement approuver la loi avant le 31 octobre.

Selon un porte-parole du parti travailliste, Jeremy Corbyn a « réitéré l’offre du Labour de s’accorder sur un calendrier raisonnable permettant de débattre, examiner et amender le projet de loi », répétant aussi que le parti d’opposition « soutiendra l’organisation d’élections générales une fois que la menace d’une sortie sans accord est écartée », écrit la BBC.

Pas de précipitation

Les travaillistes estiment que le timing très serré que Johnson espérait aurait empêché les députés de véritablement décortiquer le contenu de l’accord conclu entre les négociateurs britanniques et européens. Mais le Labour ne fait pas non plus mystère de sa volonté d’amender le projet de loi, d’« améliorer » ce que Corbyn a taxé d’accord « pire que mauvais ». Les travaillistes aimeraient entre autres y insérer l’assurance d’une union douanière avec l’UE.

Le Premier ministre Boris Johnson semble quant à lui rester sur sa position. Interrogé par les membres du parlement, il a répété mercredi qu’il ne veut pas d’un report du Brexit, même s’il a été forcé samedi de transmettre au Conseil européen une demande en ce sens. « Je crains que nous ne devions désormais attendre la décision de nos amis européens, ce qui est le résultat de la décision qu’il (Jeremy Corbyn) a pris hier soir », a lâché le résident du 10, Downing Street, fâché du blocage travailliste à sa proposition de calendrier accéléré.

Des élections anticipées permettraient de renouveler la Chambre des Communes, avec peut-être une nouvelle majorité pour les Conservateurs (qui n’en ont pas actuellement). Si les urnes penchent pour les Tories, cela rendrait la tâche plus facile aux troupes de Boris Johnson, pour mettre en œuvre l’accord de retrait sans encombre. L’organisation de nouvelles élections nécessite cependant un report conséquent du Brexit, car il faut minimum 5 semaines entre la dissolution du parlement et le vote. Il faut aussi que deux-tiers du parlement britannique approuvent qu’on retourne aux urnes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite