De nouvelles manifestations au Chili au premier jour d’un appel à une grève générale

De nouvelles manifestations au Chili au premier jour d’un appel à une grève générale
AFP

Des milliers de personnes manifestaient à Santiago et dans d’autres villes du Chili mercredi, au premier jour d’une grève générale susceptible d’attiser une crise sociale qui a déjà fait 18 morts, dont un enfant de quatre ans.

Ce petit garçon a été tué, ainsi qu’un jeune homme, quand un automobiliste ivre a foncé mardi sur un groupe de manifestants dans la région de Concepcion (sud-ouest), a annoncé le gouvernement.

Le Chili connaît depuis le 18 octobre ses pires violences en une trentaine d’années, liées à une explosion de colère dans la population qui se traduit par des actions de protestation et des pillages, malgré les gestes que vient de faire le président conservateur Sebastian Piñera en vue de tenter d’apaiser la situation.

Outre les 18 morts, les troubles ont jusqu’à présent fait 269 blessés et abouti à environ 1.900 arrestations, selon l’Institut national des droits humains (INDH).

A Santiago, qui, à l’instar de dizaines d’autres villes, a été placée en état d’urgence, les contestataires devaient se retrouver mercredi sur la Plaza Italia, au cœur de la capitale, où des centaines de milliers de Chiliens ont manifesté depuis vendredi.

« VIVE LA GREVE ! Nous le disons fort et clair : assez des hausses de prix et des abus ! », a tweeté mardi soir la Centrale unitaire des travailleurs (CUT), la principale confédération syndicale du Chili, qui a appelé à un arrêt de travail de deux jours, comme une vingtaine d’autres organisations de travailleurs et d’étudiants.

Toutes ont condamné la décision d’imposer l’état d’urgence dans neuf des seize régions, de recourir au couvre-feu et de faire intervenir les forces armées.

Elles réclament l’abandon des mesures d’exception entrées en vigueur, insistant sur « le retour des militaires dans leurs casernes ».

Quelque 20.000 soldats et policiers ont en effet été déployés et c’est la première fois que l’armée patrouille dans les rues depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet (1973-1990).

Les puissants syndicats des mines de cuivre – dont le Chili est premier producteur mondial –, le personnel du secteur de la santé et les employés des ports ont rejoint le mouvement.

Un virage social

L’annonce d’une hausse de 3,75 % du prix du ticket de métro – suspendue depuis – a provoqué vendredi les premières manifestations, devenues ensuite un mouvement social majeur nourri par le ressentiment face à la situation socio-économique et aux inégalités dans ce pays de 18 millions d’habitants.

Pour sortir de la crise, le chef de l’Etat a pris mardi un virage social, à l’issue d’une réunion avec les forces politiques à laquelle le Parti socialiste, le principal parti de l’opposition, et d’autres formations de gauche ont toutefois refusé de participer.

M. Piñera s’est ainsi prononcé en faveur de l’augmentation de 20 % du minimum retraite, du gel des tarifs de l’électricité et d’une hausse du salaire minimum. Il a également évoqué la réduction des rémunérations des parlementaires et des hauts fonctionnaires, de pair avec la baisse du nombre des sièges au Parlement et une limitation du nombre de leurs mandats successifs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite