Une petite majorité de Belges se prononcent en faveur de l’heure d’hiver

Une petite majorité de Belges se prononcent en faveur de l’heure d’hiver
Sonja Langford, Unsplash

La majorité de la population belge (83 %) est favorable à l’arrêt du changement d’heure saisonnier, ressort-il d’une enquête commandée par la chancellerie du Premier ministre et publiée mercredi. Au sujet du régime horaire que la Belgique devrait adopter de manière permanente, 50 % des répondants ont marqué leur préférence pour l’heure d’hiver tandis que 45 % se sont exprimés en faveur de l’heure d’été.

En fonction des Régions, des disparités apparaissent toutefois. L’heure d’hiver a ainsi été choisie par 47 % des sondés en Région wallonne contre 51 % en Région de Bruxelles-Capitale et 52 % en Région flamande. En revanche, l’heure d’été a été plébiscitée par 49 % des répondants en Wallonie tandis qu’ils sont 42 % de sondés à avoir opté pour ce régime horaire à Bruxelles, et 43 % en Flandre.

L’enquête montre par ailleurs un certain « pragmatisme » au sein de la population belge puisque 79 % des sondés estiment qu’il est important d’être dans la même zone horaire que nos pays voisins. « Cela afin de ne pas entraver les échanges et les communications avec ceux-ci et ne pas compliquer la vie des personnes et des entreprises », est-il relevé.

Cette enquête d’opinion a été réalisée via un questionnaire en ligne auprès de 2.000 citoyens entre le 9 et le 17 août 2019.

Dans un deuxième volet, les chercheurs de l’étude ont consulté une kyrielle d’experts dans les domaines impactés par le changement d’heure. A l’exception des secteurs des Sports et Loisirs et du Tourisme, qui se positionnent en faveur de l’heure d’été, les experts interrogés n’ont pas émis de position marquée sur la question.

Une telle consultation de la population fait suite à la proposition de la Commission européenne de mettre fin au changement d’heure saisonnier. Il revient désormais à la Belgique et à l’ensemble des Etats membres d’accepter cette proposition et de se positionner auprès de l’Union européenne en faveur de l’heure d’été ou de l’heure d’hiver. Une harmonisation sera ensuite décidée au niveau européen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite