Présidence du MR: les cinq prétendants se ménagent lors du débat à Namur Expo

Présidence du MR: les cinq prétendants se ménagent lors du débat à Namur Expo
Reporters

Réunis à Namur Expo à l’initiative des Jeunes MR, les prétendants à la succession de Charles Michel ont tous répété mercredi leur volonté d’écouter davantage, s’ils sont élus, les militants et mandataires locaux et de stimuler la démocratie interne à l’avenir.

Interrogés par la députée-bourgmestre Florence Reuter sur la relative discrétion des réformateurs sur la thématique de l’égalité hommes-femmes, tous se sont dits sans surprise désireux de voir le MR plus assertif sur ce terrain à l’avenir.

L’organisation retenue pour ce débat aura surtout permis aux candidats de présenter leurs priorités et idées sur différents sujets aux militants, mais sans stimuler de réelle confrontation d’opinions entre eux.

Les seules différences marquées sont finalement apparues sur des thématiques plutôt secondaires. Ainsi, sur la question du cannabis, Denis Ducarme a été le seul à clairement afficher son opposition nette à toute libéralisation. Les quatre autres ne se sont pas clairement avancés, proposant de laisser les militants trancher cette question (délicate) eux-mêmes.

L’avenir des provinces fut l’autre sujet pour lequel différentes tonalités se sont fait entendre mercredi soir.

Si Clémentine Barzin s’est dite favorable à leur suppression, Denis Ducarme les considère toujours indispensables pour la continuité des services aux personnes en zones rurales. Georges-Louis Bouchez et Christine Defraigne ont plaidé pour leur maintien, mais en les faisant évoluer. Philippe Goffin ne s’est pas trop avancé, se ralliant aux dispositions inscrites dans la déclaration de politique régionale en la matière.

Les militants du MR sont appelés depuis lundi à exprimer leur suffrage par correspondance. Le dépouillement est prévu le 12 novembre prochain. Si aucun candidat n’atteint le seuil de 50 % des voix, un second tour devra alors être organisé pour départager les deux candidats qui auront réalisé le meilleur score.

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite