À combien s’élève le pactole de Stéphane Moreau?

Stéphane Moreau
Stéphane Moreau - Belga

Samedi, Le Soir révélait que « Moreau et les siens avaient déjà touché le pactole », au sein du groupe liégeois Nethys/Enodia. Ce qui justifiait leur départ immédiat, sans indemnité, décidé par le nouveau trio à la tête de Nethys (Jean-Pierre Hansen, Laurent Levaux, Bernard Thiry).

Tout remonte à mai 2018, date à partir de laquelle entre en vigueur le décret gouvernance. Celui-ci prévoit notamment le plafonnement des salaires des dirigeants à 245.000 euros par an (à indexer). Nethys avait assuré que tous ses cadres s’étaient conformés à ce plafond. Mais en réalité, certains l’ont fait moyennant le paiement de solides indemnités, validées par le comité de rémunération de Nethys. Ce qui semble au minimum contraire à l’esprit de ce fameux décret gouvernance.

Le Soir citait, samedi, un montant de « quelques millions », répartis entre plusieurs managers, dont Stéphane Moreau. Sudpresse assure aujourd’hui qu’à lui seul, Stéphane Moreau aurait perçu une compensation supérieure à 8 millions. Depuis dimanche, deux sources nous ont également cité ce montant. Sans être extrêmement précises sur les détails. D’autres informateurs parlent d’un montant inférieur, autour de 6 ou 7 millions. Une chose semble acquise : c’est l’ex administrateur-délégué Stéphane Moreau qui a bénéficié de la compensation la plus conséquente. Loin devant les autres.

Jusqu’ici, les principaux protagonistes de ce dossier refusent de répondre à nos sollicitations. Le Soir poursuit ses recherches pour obtenir les montants précis de ces compensations, les modalités de ces paiements, leur temporalité, et le nombre de managers qui en ont bénéficié.

Sur le même sujet
Stephane Moreau
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite