À combien s’élève le pactole de Stéphane Moreau?

Stéphane Moreau
Stéphane Moreau - Belga

Samedi, Le Soir révélait que « Moreau et les siens avaient déjà touché le pactole », au sein du groupe liégeois Nethys/Enodia. Ce qui justifiait leur départ immédiat, sans indemnité, décidé par le nouveau trio à la tête de Nethys (Jean-Pierre Hansen, Laurent Levaux, Bernard Thiry).

Tout remonte à mai 2018, date à partir de laquelle entre en vigueur le décret gouvernance. Celui-ci prévoit notamment le plafonnement des salaires des dirigeants à 245.000 euros par an (à indexer). Nethys avait assuré que tous ses cadres s’étaient conformés à ce plafond. Mais en réalité, certains l’ont fait moyennant le paiement de solides indemnités, validées par le comité de rémunération de Nethys. Ce qui semble au minimum contraire à l’esprit de ce fameux décret gouvernance.

Le Soir citait, samedi, un montant de « quelques millions », répartis entre plusieurs managers, dont Stéphane Moreau. Sudpresse assure aujourd’hui qu’à lui seul, Stéphane Moreau aurait perçu une compensation supérieure à 8 millions. Depuis dimanche, deux sources nous ont également cité ce montant. Sans être extrêmement précises sur les détails. D’autres informateurs parlent d’un montant inférieur, autour de 6 ou 7 millions. Une chose semble acquise : c’est l’ex administrateur-délégué Stéphane Moreau qui a bénéficié de la compensation la plus conséquente. Loin devant les autres.

Jusqu’ici, les principaux protagonistes de ce dossier refusent de répondre à nos sollicitations. Le Soir poursuit ses recherches pour obtenir les montants précis de ces compensations, les modalités de ces paiements, leur temporalité, et le nombre de managers qui en ont bénéficié.

Sur le même sujet
Stephane Moreau
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous