Bruxelles adopte un plan régional pour réduire ses émissions de CO2

Bruxelles adopte un plan régional pour réduire ses émissions de CO2
Véronique Lamquin

Le Plan national a pour ambition de décrire comment la Belgique, via ses entités fédérales et fédérées, contribuera aux objectifs à long terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’Accord de Paris. Son ambition principale : contenir l’élévation de la température moyenne d’ici à 2100 en-deçà de 2º C, et même de poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5ºC.

Si l’on en croit le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort lors d’une présentation détaillée de la contribution bruxelloise, aux côtés du ministre de la Transition climatique Alain Maron (Ecolo) et de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen), le gouvernement bruxellois est le premier à le faire.

Une première version provisoire de la contribution bruxelloise avait été adoptée en juillet 2018.

La Région bruxelloise s’engage également à veiller à ce que l’ensemble des politiques qui sont et seront menées afin de rencontrer nos objectifs ne pénaliseront pas les habitant(e)s en situation de précarité.

Selon Alain Maron, l’objectif est de réduire de 40 % par rapport à 2005 les émissions de C02. Le plan est « relativement » conforme à ce que d’autres grandes villes européennes ambitieuses se donnent comme objectif.

Nouveauté : sont incluses les émissions dites indirectes, soit celles émises en dehors de Bruxelles via l’alimentation, la consommation, les matériaux des bâtiments.

Soixante pour-cent des émissions directes proviennent des bâtiments. Par conséquent, la stratégie rénovation adoptée à la fin de la législature sortante sera poursuivie. Les primes et soutiens divers pour la réduction de la consommation énergétique seront renforcés.

>> Les quatre points à retenir du plan climat expliqués sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite