39 corps à bord d’un camion en Angleterre: le semi-remorque qui a récupéré le container est parti d’Irlande du Nord

39 corps à bord d’un camion en Angleterre: le semi-remorque qui a récupéré le container est parti d’Irlande du Nord
AFP

Le semi-remorque aurait roulé d’Irlande du Nord jusqu’à Dublin, pour ensuite rejoindre samedi en ferry le port gallois de Holyhead, retraçaient jeudi le Daily Mirror et Sky News. Son itinéraire pour les journées de dimanche, lundi et mardi reste flou. Le véhicule a par la suite rallié Purfleet, en Angleterre, où il a récupéré la remorque en provenance de Zeebrugge. Les forces de l’ordre, aidées par l’Agence nationale contre le crime (NCA), s’efforçaient jeudi de retracer l’itinéraire complet du poids lourd.

La NCA a alerté les autorités britanniques il y a trois ans sur le risque de trafic d’êtres humains dans le port de Purfleet, moins fréquenté et donc plus discret que celui de Douvres, selon le Daily Mail.

Le chauffeur du poids lourd, arrêté dans le cadre d’une enquête pour meurtre, « n’était vraisemblablement pas au courant » d’un trafic d’êtres humains, selon le Daily Telegraph. L’enquête doit déterminer si le jeune homme de 25 ans, originaire de la ville nord-irlandaise de Laurelvale, savait ou non qu’il transportait 39 personnes et s’il roulait à son propre compte ou s’il louait le semi-remorque.

Des « sources proches de l’enquête » ont déclaré au Daily Mail que le refroidissement du container était en cours lorsque l’alarme s’est déclenchée. On ne sait pas si c’est le conducteur qui a appelé les secours.

Identification toujours en cours

Les victimes seraient de nationalité chinoise, selon des sources citées par l’agence de presse britannique Press Association. La police n’a toutefois pas confirmé l’information. L’identification des 39 corps -un processus qui prend du temps, a rappelé la police- était toujours en cours jeudi midi.

Les victimes auraient passé environ 70 minutes au Royaume-Uni avant d’être découvertes. La température au sein du camion frigorifique peut descendre jusqu’à moins 25 degrés. On ignore à ce stade si elles sont mortes de froid ou étouffées.

La police britannique a perquisitionné deux propriétés en Irlande du Nord.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite