Les voitures diesel et essence seront interdites à Bruxelles en 2035

Les voitures diesel et essence seront interdites à Bruxelles en 2035
Jonathan Kalifat

Le Plan national a pour ambition de décrire comment la Belgique, via ses entités fédérales et fédérées, contribuera aux objectifs à long terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’Accord de Paris. Son ambition principale : contenir l’élévation de la température moyenne d’ici à 2100 en-deçà de 2º C, et même de poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5ºC.

Si l’on en croit le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort lors d’une présentation détaillée de la contribution bruxelloise, aux côtés du ministre de la Transition climatique Alain Maron (Ecolo) et de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen), le gouvernement bruxellois est le premier à le faire.

Zéro émission pour le transport

Le transport (26 % des émissions bruxelloises) fera aussi l’objet de mesures drastiques. C’est simple : « Le moteur thermique n’a plus sa place dans la ville de 2050 ». Exit le diesel en 2030, l’essence et le LPG en 2035. Les normes de la zone basses émissions seront durcies après 2025, les deux roues y seront intégrées en 2022, on envisage par ailleurs une « zéro émission zone » dans le Pentagone dont seront plus rapidement exclus diesel, essence, deux roues et éventuellement les poids lourds. La fiscalité automobile sera revue en fonction du type de carburant, du poids et de la puissance réelle du véhicule.

>> Les quatre points à retenir du plan climat expliqués sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous