Brexit: les 27 reportent leur décision

Brexit: les 27 reportent leur décision
AFP

Réunis ce vendredi matin pour statuer éventuellement sur la durée d’un nouveau report, les 27 ambassadeurs auprès de l’UE ont décidé de reporter la décision au début de la semaine prochaine. « Excellente discussion », a lancé aux journalistes le négociateur européen Michel Barnier quittant à grandes enjambées le bâtiment Europa, siège du Conseil européen.

Vu l’impossibilité d’une ratification par le parlement britannique (et l’européen) avant la date limite actuelle du 31 octobre (jeudi prochain), les 27 doivent répondre à la demande officielle qui leur a été adressée samedi dernier par Boris Johnson d’un report jusqu’au 31 janvier.

Mais la France, relativement isolée dans une position dure, ne voulait accorder qu’un report technique de courte durée, jusqu’à ce que Boris Johnson annonce jeudi qu’il demandera pour la troisième fois au parlement britannique de voter la dissolution, pour tenir des élections anticipées le 12 décembre.

Une perspective qui change la donne : les 27 ont toujours assuré que seul un événement significatif, tel des élections anticipées, constitue une bonne justification pour un report d’une certaine durée.

Les 27 ont donc convenu de se donner encore quelques jours, jusqu’à lundi ou mardi, ce qui permettra de prendre une décision en connaissance de cause. Le parlement de Westminster doit en effet voter sur le principe des élections, et Johnson a besoin d’une majorité des deux tiers en faveur de sa proposition.

En pratique, ce report de la décision européenne maintient encore une certaine pression sur le parlement britannique, ce qui va dans le sens de la tactique de la France, à laquelle la majorité des Etats favorables à une « extension » plus longue n’ont visiblement pas voulu tenter d’imposer leur point de vue.

Mais une source officielle européenne a indiqué après la réunion du Coreper (les 27 ambassadeurs) que le président du Conseil européen Donald Tusk n’a « aucune intention de convoquer un sommet spécial. Ce sera le Coreper qui finalisera un accord lundi ou mardi ». Soit deux ou trois jours avant la date fatidique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite