Brexit: Johnson appelle Corbyn à «être un homme» et à voter pour des élections anticipées

Boris Johnson
Boris Johnson - Reuters

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé vendredi le leader de l’opposition Jeremy Corbyn à « être un homme » et soutenir son appel à des élections anticipées le 12 décembre, pour sortir de l’impasse du Brexit.

« Il est temps pour Jeremy Corbyn de se comporter comme un homme », a déclaré le dirigeant conservateur sur Sky News, « organisons des élections le 12 décembre », a-t-il lancé.

>Brexit: les 27 reportent leur décision

Boris Johnson a appelé jeudi à la tenue d’un tel scrutin après que les députés ont voté mardi le principe de l’accord de retrait qu’il a conclu avec Bruxelles mais ont refusé de l’examiner en accéléré comme le souhaitait le Premier ministre afin que le Brexit puisse avoir lieu le 31 octobre comme prévu.

Jeremy Corbyn a réaffirmé jeudi soir que son parti ne voterait pas pour des élections tant que la menace d’une sortie sans accord ne serait pas écartée.johnson

Les voix travaillistes sont indispensables pour la tenue d’un tel scrutin, qui doit être approuvée par les deux-tiers des députés.

Le leader travailliste a déclaré qu’il voulait attendre la décision de l’Union européenne sur le report de trois mois que Boris Johnson a été contraint par le Parlement de demander, les députés voulant éviter une sortie sans accord dommageable à l’économie.

S’ils se sont accordés sur le principe d’un nouveau report, le troisième, les Européens n’ont pas encore pris vendredi leur décision sur sa durée et une nouvelle réunion des ambassadeurs devrait se tenir lundi ou mardi pour en décider, selon plusieurs sources européennes.

Boris Johnson, qui s’est toujours opposé à un report, a soutenu à six jours de la date fatidique que réaliser sa promesse d’un Brexit au 31 octobre est « toujours possible ». « Malheureusement, cela dépend de ce que l’Union européenne va dire », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite