Une pension à 1.500 euros, c'est faisable selon Daniel Bacquelaine (MR)

Daniel Bacquelaine
Daniel Bacquelaine - Belga

À l’horizon 2024, cinq indexations feront monter la pension minimum garantie à 1.400 euros brut par mois. Un recours à l’enveloppe bien-être devrait suffire à atteindre un montant symbolique de 1.500 euros, écrit samedi L’Echo.

Cette pension minimum garantie à 1.500 euros est un objectif de nombreux partis, qui l’ont brandi en argument de campagne avant les dernières élections. Or elle n’est pas si difficile à atteindre.

«Si on poursuit le relèvement de la pension minimum dans la même proportion que ce qui a été fait par le gouvernement Michel (+12,73% pour les salariés), on arrive, au terme de la prochaine législature, à une pension minimum de 1.427 euros», selon le cabinet du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine.

D’un point de vue budgétaire, l’indexation automatique devrait faciliter le passage de la pilule budgétaire d’une revalorisation dont la charge symbolique suscite déjà l’intérêt des partis, écrit L’Echo.

Aujourd’hui, après une carrière de 45 ans, la pension minimum garantie pour un salarié isolé s’élève à 1.266,37 euros brut.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. La Fédération est très fertile en chorégraphies - ici, «
Le chant des ruines
», dernière création de Michèle Noiret présentée à la Biennale de Charleroi Danse.

    Arts de la scène: le public wallon a-t-il peur de la danse?

  3. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite