Une pension à 1.500 euros, c'est faisable selon Daniel Bacquelaine (MR)

Daniel Bacquelaine
Daniel Bacquelaine - Belga

À l’horizon 2024, cinq indexations feront monter la pension minimum garantie à 1.400 euros brut par mois. Un recours à l’enveloppe bien-être devrait suffire à atteindre un montant symbolique de 1.500 euros, écrit samedi L’Echo.

Cette pension minimum garantie à 1.500 euros est un objectif de nombreux partis, qui l’ont brandi en argument de campagne avant les dernières élections. Or elle n’est pas si difficile à atteindre.

«Si on poursuit le relèvement de la pension minimum dans la même proportion que ce qui a été fait par le gouvernement Michel (+12,73% pour les salariés), on arrive, au terme de la prochaine législature, à une pension minimum de 1.427 euros», selon le cabinet du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine.

D’un point de vue budgétaire, l’indexation automatique devrait faciliter le passage de la pilule budgétaire d’une revalorisation dont la charge symbolique suscite déjà l’intérêt des partis, écrit L’Echo.

Aujourd’hui, après une carrière de 45 ans, la pension minimum garantie pour un salarié isolé s’élève à 1.266,37 euros brut.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite