Accueil Économie Finances

La Belgique est «socio-économiquement inadaptée», d’après le Conseil central de l’économie

Le rapport du CCE, dont les conclusions sont habituellement plus «balancées», sera remis prochainement au gouvernement.

Temps de lecture: 2 min

Il y a urgence (...), la Belgique est inadaptée sur le plan socio-économique dans une perspective de long terme», tel est le message principal du rapport «Emploi et compétitivité 2018-2019» du Conseil central de l’économie (CCE), dont La Libre a consulté les conclusions.

«Eu égard à l’état de notre économie et de nos finances publiques, à la durabilité de notre système social, à la transition écologique et numérique, à l’innovation, et j’en passe, il y a urgence à agir», explique Luc Denayer, secrétaire général du CCE, instance qui réunit patronat et syndicats.

En effet, avec un taux d’endettement de 100% du PIB, un taux de dépenses publiques de 50% du PIB et un déficit budgétaire qui reprend de la hauteur depuis le début de l’année, cela laisse peu de marge de manœuvre pour investir dans l’avenir, écrit La Libre.

«On ne va pas se mentir, on sait que les moyens sont limités, et c’est bien pour cette raison qu’il y a urgence à développer une vision claire de l’avenir pour mettre fin à ces incertitudes qui minent notre société», déclare encore Luc Denayer.

Au nom des bancs patronal et syndical, il réclame entre autres davantage de flexibilité budgétaire aux instances européennes.

Le rapport du CCE, dont les conclusions sont habituellement plus «balancées», sera remis prochainement au gouvernement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Smet Paul, samedi 26 octobre 2019, 18:14

    Le Gouvernement MICHEL...une véritable catastrophe!

  • Posté par stals jean, samedi 26 octobre 2019, 11:49

    A l'heure actuelle, un organisme quel qu'il soit qui prend encore le PIB comme référence n'est absolument plus crédible. Le PIB ne prend en compte que les "valeurs marchandes" c'est une aberration totale, une imposture financière absolue. Le Brésil en détruisant ses forêts fait augmenter son PIB...Les accidents de la route par milliers surtout s'il y a des blessés et des morts fait augmenter le PIB en faisant "tourner tous les commerces": les marchands de bagnoles, les Centres hospitaliers, les funérariums etc etc... C'est faut de dire que les moyens sont limités, les institutions bancaires dans le monde entier croulent sous des montagnes d'argent accumulés par les intérêts des prêts octroyés, des milliers de milliards sont ainsi engrangés par ces institutions bancaires, le taux d'endettement d'un Etat serait même de 200 ou 300% de son PIB, afin de subvenir au dépenses publiques de tous ordres,et de toutes natures, que cela n'a finalement aucune espèce d'importance, cela ne fait que réjouir les créanciers qui ne s'enrichissent qu'avec les intérêts (devenus anormalement exorbitants) de ces prêts toujours garantis, même pendant les guerres et les conflits armés...

  • Posté par pierre Vierendeel, samedi 26 octobre 2019, 12:12

    Il faut se préoccuper de la santé de notre planète pour les générations futures mais prôner de laisser filer la dette publique , c’est reporter le problème sur nos enfants. C’est complètement irresponsable comme attitude et c’est condamner notre pays à devenir un pays sous-développé. Les politiques sociales et environnementales belges et européennes ne pourront jamais se financer sans création de richesse que cela vous plaise ou non. Devenir pauvre , c’est être faible et à la merci du reste du monde qui a beaucoup moins de scrupules et de compassion pour les plus démunis. Puissiez- vous ne jamais inspirer des politiciens court-termistes et démagogues qui promettent et puis on verra .

  • Posté par pierre Vierendeel, samedi 26 octobre 2019, 12:12

    Il faut se préoccuper de la santé de notre planète pour les générations futures mais prôner de laisser filer la dette publique , c’est reporter le problème sur nos enfants. C’est complètement irresponsable comme attitude et c’est condamner notre pays à devenir un pays sous-développé. Les politiques sociales et environnementales belges et européennes ne pourront jamais se financer sans création de richesse que cela vous plaise ou non. Devenir pauvre , c’est être faible et à la merci du reste du monde qui a beaucoup moins de scrupules et de compassion pour les plus démunis. Puissiez- vous ne jamais inspirer des politiciens court-termistes et démagogues qui promettent et puis on verra .

Plus de commentaires

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs